DUSTER : Duster

Troisième album pour les californiens de Duster ! Ouais, bof, y’a pas de quoi s’exclamer, pensez-vous ? Et bien si. Parce que Duster sort d’une pause de 19 ans, quand même. Je n’ai pas eu l’occasion de découvrir le groupe par le passé, mais je dois dire que cette nouvelle mouture est assez enthousiasmante. Attention, ne vous attendez pas à un disque bourré de hits, de nouvelles idées dans tous les coins. Ici, on parle de rock indé mâtiné de shoegaze et de slowcore. Une mixture bien underground et typée nineties, ok. Mais le côté très bricolé et limite expérimental de certains passages lui sort largement la tête du bain bouillonnant de décibels. Bon, sur un « Go back », on tombe dans le pénible, ok. Mais le reste est à la limite de la magie. « Copernicus crater » et son gimmick entêtant. La cool « Chocolate and mint ». La terrible « Ghoulish ». L’obsédante « Ghostworld ». Et entre elles, un magma chaud et amer de titres entre souffrance et résiliation, à la forme neurasthénique mais à la force bien présente. Drôle de disque en fait, dont on ne sait d’abord quoi penser, mais qui fait son chemin petit à petit et s’impose non comme une évidence, mais comme une alternative au chaos ambiant, répondant à la folie par son opposé.

Paroles de l’album

Facebook

Related Posts

  • 10000
    Ma rencontre avec l’album précédents des ricains de Citizen a été l’un des chouettes moments de 2015. L’opportunité de découvrir si le groupe persiste et signe au sein de ce nouvel et troisième album est beaucoup trop belle pour que je passe à côté. Petit flashback : je déplorais alors le…
  • 10000
    Dead Soft est un trio venu de Vancouver qui pratique, selon lui, le rock n' roll. Bon, en fait, il s'agit plutôt de bon gros indie rock nineties mâtiné d'une attitude grungy. Je n'avais pas eu l'occasion de découvrir le combo à la sortie de son premier album éponyme. Comme…
  • 10000
    Aujourd'hui on va parler d'indie pop. Penelope Isles est une petite entreprise familiale (ou presque) de Brighton, Royaume-Uni, qui pratique le genre depuis peu mais fait déjà parler d'elle. Pourquoi ? Pour sa propension à conjuguer la pop, la folk et une certaine forme de rock, amener là-dedans une bonne dose…
  • 10000
    Ils ne sont pas suédois, et ne vendent pas de voiture. Ovlov est un groupe américain pure souche, biberonné au rock indé volontiers grésillant et fuzzy de la fin des eighties et du début des nineties. Une esthétique qui transparaît dès l’entame de « Baby alligator » et qui ne cessera de…
  • 10000
    Découvert totalement par hasard au gré de pérégrinations mercantiles, les écossais de Foil sont une de ces bonnes surprises indies qu’il est encore temps de découvrir quelques années après. Déjà lucides à la sortie de ce deuxième album, ils affirmaient sans qu’on sache vraiment si c’était un regret ou un…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *