DOMMIN : Love Is Gone

dommin love

L’amour s’en est allé. Triste constat qui peut donner naissance à la pire dépression comme à la plus belle des chansons, et ce depuis des siècles. C’est de ce sujet, grand classique du côté sombre de la musique, qu’à décidé de nous entretenir Christopher Dommin, leader de ce nouveau combo entre gothic rock et gothic metal, au côté mainstream très assumé malgré sa signature chez Roadrunner et son producteur plus qu’étonnant. On savait Logan Mader sur la pente descendante, mais là… Bon, d’accord, cet album n’est pas mauvais, c’est juste qu’on le voit arriver à des kilomètres. Tenez, rien qu’en voyant la coiffure du chanteur, on décèle une influence Misfits. Misfits / Samhain / Danzig, vous voyez le topo ? Et effectivement, sa voix est un mélange entre le père Glenn et quelque chose de plus passe-partout. On parle de 69 Eyes, et ça me paraît assez insipide pour être correct. Côté musique, ce serait plus du côté de Him qu’il faut chercher. C’est facile, ça s’écoute comme du Linkin Park, c’est mélancolique sans être dépressif, et on peut reprendre les refrains en se dandinant sans faire vaciller la flamme de son briquet. Les décors sont jolis, les personnages torturés façon série pour ado, l’intrigue cousue de fil blanc ; ah mais ce serait pas la bande originale de Twilight ??? Réussite commerciale, certainement, de là à y trouver un intérêt…

Paroles de l’album

Site officiel

Dommin : My heart, your hands

Related Posts

  • 76
    Les deux premiers (et ultimes) albums de Programme, "Mon Cerveau dans ma bouche" et "L'enfer tiède", avaient poussé encore un peu plus loin le son et l'univers de Diabologum. Jusqu'au point de non-retour ? C'est ce que doivent penser Arnaud Michniak et Damien Bétous, de nouveau collègues de déconstruction sonore…
    Tags: de, c'est, plus
  • 75
    Il y a des jours comme ça. Où on se lève, sort de chez soi, et sur le chemin, on se retrouve nez à papier avec un billet de 50 € (qu’on décide derechef de réinvestir dans la matière première – non, pas la bière, ivrognes ! La musique, bien…
    Tags: de, on, à
  • 75
    Je n'ai pas eu l'occasion d'écouter le premier album de ce projet aux allures de carton annoncé. Pourtant, le CV des participants est assez alléchant ; Jamey Masta d'Hatebreed, et surtout Kirk Windstein (Down, Crowbar). J'avoue que ce nom seul aurait suffi à aiguiser ma curiosité, tant je me retrouve…
    Tags: de, à, on
  • 71
    On ne se lance pas dans l'écoute d'un nouvel album de Massive Attack comme on ouvre son journal du matin. Les Bristoliens se font rares, donc précieux. De plus, chacune de leur sortie du bois a jusqu'ici été synonyme de chef d'oeuvre ; que l'on soit fan du groupe ou…
    Tags: de, à, on, plus
  • 70
    Oomph! a eu beau faire, son heavy indus goth a toujours eu du mal à passer les frontières de son Allemagne natale. C'est ce qu'on a qualifié d'«effet Rammstein»; lorsqu'une contrée surtout connue pour ses formations de heavy metal, d'électro goth ou de fête de la bière, avance un pion…
    Tags: de, c'est, on, à

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *