DIVERS ARTISTES : Sucker Punch

sucker punch

Du film de Zack Snyder, délire geek pseudo métaphysique, ce qu’on retiendra surtout, outre un goût réaffirmé pour le grand spectacle et les effets visuels tape-à-l’oeil, c’est la bande originale. Elle aussi haute en couleurs, elle se caractérise par des reprises ou remixes très cinématographiques (forcément) de tubes rock de diverses périodes, dont trois sont interprétés par l’actrice principale, Emily Browning. Laquelle ne s’en sort pas mal du tout d’ailleurs, preuve en est ce « Sweet Dreams (Are Made Of This) » introductif. On passera plus vite sur le « Army Of Me » de Bjork revisité / remixé, un peu foutraque, qui sert plus le film que la galette ici présente. « White Rabbit » de Jefferson Airplane revu et corrigé (une fois de plus) par Emiliana Torrini façon orchestral convainc sans mal (autant que les nombreuses reprises que le titre a subi dans le passé). S’ensuit un clash rap/rock entre Queen et un certain Geddy, rappeur très classique, au flow passe-partout, qui amuse plus qu’il ne séduit. Skunk Anansie nous assène ensuite un « Search And Destroy » plutôt bien vu. « Tomorrow Never Knows », trop classique, a du mal à accrocher l’oreille, tant elle rappelle certaines bandes sons des années 90. Les Pixies voient leur « Where Is My Mind » ralentie et agrémentée de cordes, un parti-pris intéressant même s’il dénature complètement la chanson. N’étant pas un fan des Smiths, j’éviterai de me prononcer sur la reprise de « Asleep », qui reste pour moi le morceau le plus faible de l’album. Enfin, le « Love Is The Drug » de Bryan Ferry, façon comédie musicale rétro-futuriste vient clore une bande originale fort sympathique. Alors, Zack Snyder, roi de l’habillage visuel et sonore ? Oui, pas loin.

Paroles de l’album

Related Posts

  • 95
    J'étais de ceux que « In Rainbows » a déçu. Trop propret, trop facile, comme si une certaine convenance musicale de la part du groupe devait contrebalancer l'audace commerciale, le doigt d'honneur tendu nonchalamment aux majors et à leur modèle économique en fin de vie. Ok, c'est bien beau les idées, mais…
    Tags: de, plus, un
  • 88
    Cortez, trio suisse, n’est pas là pour vous offrir des fleurs. Non, eux, leur genre c’est plutôt l’attaque frontale, armés jusqu’aux dents et sans laisser de répit. Les 10 titres ici présents tapent là où ça fait mal, et ne ralentissent le temps que pour repartir de plus belle. Cortez…
    Tags: de, plus, un
  • 88
    Les fans de A Perfect Circle seront comblés d'apprendre que Billy Howerdel, ci-devant guitariste et fondateur du groupe, a décidé de s'émanciper, de sortir de l'ombre du grand Maynard James Keenan pour présenter un projet personnel, Ashes Divide. Bon, concrètement, c'est la voix qui fait la différence ici. Plus claire,…
    Tags: de, un, plus
  • 88
    Deuxième album pour ces suisses au nom difficile, évoquant certainement la ville du siège de la Nasa ukrainienne. Car d'espace, il en est question ici. Quatre titres pour plus d'une heure de musique, c'est vous l'aurez compris un voyage au coeur du post-rock qui nous est proposé ici. Mais pas…
    Tags: de, plus, un
  • 83
    Après le New York hardcore, Full Blown Chaos nous fait le coup du New York metalcore. Brutale et sans compromis, la musique de ce premier album s'adresse directement aux plus durs d'entre vous. Car malgré une pointe de mélodie par-ci par-là, les treize titres de ce premier opus sentent la…
    Tags: de, un, plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *