DIMMU BORGIR : In Sorte Diaboli

dimmu borgir in sorte

Dimmu Borgir a clairement affiché avec ce disque sa volonté de revenir a un son plus brut, et plus proche de ses origines. Exit donc l’orchestre, qui pourtant avait fait de titres comme « Progenies of the great apocalypse » des titres-cultes. Mais dès la galette posée sur la platine, la première chose que l’on entend, c’est une intro orchestrale, et un peu en deçà de ce que le groupe est capable de nous proposer habituellement d’ailleurs. Alors, y aurait-il eu maldonne ? Les titres passent, et on ne voit pas bien les changements annoncés se profiler. Au contraire, une impression de ralentissement du tempo se fait sentir. Ce qui nous laisse au passage apprécier le travail de Hellhammer, batteur de session pour cet opus, qui amène plus de diversité dans les structures, et qui laisse de l’espace à la voix de Vortex, pour mon plus grand plaisir. Pourtant, je ne peux m’empêcher d’être déçu par se disque, de me dire qu’avec « In Sorte Diaboli », les norvégiens sont descendus d’un cran, et ont perdu leur côté « grandiose » au profit de…rien du tout, puisque l’aspect plus basique qu’ils voulaient mettre en avant est quasi-inexistant, même si on retrouve sur certains titres de grosses influences « Enthrone Darkness Triumphant » (et les mêmes sons de clavier ! Écoutez donc « The Invaluable Darkness » !). Une nouvelle ère qu’on espèrera donc la plus courte possible.

Paroles de l’album

Site officiel

Dimmu Borgir : The sacrilegious scorn

Dimmu Borgir : The serpentine offering

Dimmu Borgir : The chosen legacy

Related Posts

  • 10000
    Année après année, le personnel de Dimmu Borgir se réduit comme peau de chagrin, menaçant maintes et maintes fois de faire chavirer le navire. Pourtant, les capitaines Silenoz et Shagrath résistent contre vents et marées et maintiennent le cap d'un black metal symphonique de premier ordre. Cette fois-ci, les départs…
  • 10000
    Le retour du grand méchant Dimmu se fait encore sous le sceau du triptyque infernal. « Enthrone Darkness Triumphant », « Puritanical Euphoric Misanthropia », et maintenant ce « Death Cult Armageddon »…les paris sont ouverts quant au titre du prochain opus… « Picon Bière Caouettes » ? « Œuf…
  • 10000
    Une intro majestueusement sombre et très réussie, un son carré et très propre, et puis, euh, mais...j'ai pas déjà entendu ça quelque part ? En fait, après quelques minutes (mais vraiment peu), je comprends que la question n'est pas où mais quand ; quelque part entre 1999 et 2003, chez Dimmu Borgir.…
  • 10000
    Ah ouais. Et pourquoi je les connais pas déjà, moi, ceux-là ? Quoi ? Sont voisins en plus ? Mais, euh, depuis quand les belges ont pris du galon comme ça en black sympho ? Non, parce que ce disque, là, il est juste excellent ! Bon, ok, on y entend clairement l'influence norvégienne (Dimmu…
  • 10000
    Si les suédois souffrent toujours d'une réputation de deuxième de la classe, appliqué mais sans imagination, ils ne se découragent pas pour autant et reviennent régulièrement à la charge ces dernières années avec des disques travaillés et assez réussis. « The Black Curse » est une fois de plus l'un de ces…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *