DIABOLIC : The disconnect

D’abord, les présentations. Diabolic est un rappeur new-yorkais dans la mouvance du hip-hop indie et sombre à la Jedi Mind Tricks, Slaine, Necro & consorts. Le bonhomme s’est fait connaître grâce à un featuring sur un album d’Immortal Technique : dans le genre carte d’embarquement de luxe pour la hype, on peut difficilement faire mieux. Sauf que le bonhomme a enchaîné ça avec un vrai bon premier album (“Liar and a thief”), et a du coup rejoint toute une constellation de rappeurs auxquels je suis attaché. “the disconnect” est le quatrième album du bonhomme et le premier à atterir ici : simple question de concordance des plannings. Parce que, encore une fois, “The Disconnect” se montre digne de l’engouement qu’a suscité alors son géniteur, et ce alors que le rappeur a volontairement coupé les ponts avec ses habitudes, repartant d’où il est venu, se concentrant sur lui-même sans prendre en compte aucun élément extérieur. Et l’accouchement a été long et compliqué ; Diabolic évoquait déjà l’achèvement (l’avancée, du moins) de ce disque il y a plus de deux ans. Alors est-ce que cette longue attente est vraiment justifiée ? Heureusement, oui. « The disconnect » enchaîne les titres sombres et efficaces. Certes, Diabolic joue à la fois en terrain connu et pas vraiment miné. Et en plus, il convoque quelques featurings qui amènent quelques traits plus fruités dans le cocktail sans jamais tirerla couverture à eux ou lui faire de l’ombre. Alors de là à dire que Diabolic a joué la sécurité, rappant en charentaises dans son canapé, il y a un pas que l’on pourrait allègrement franchir. Et on aurait pas forcément tort. Mais Diabolic maîtrise son art, connait et anticipe la moindre chausse-trappe ; difficile d’en vouloir à quelqu’un que tu ne peux pas prendre à défaut !

Instagram

Paroles de l’album

Related Posts

  • 10000
    Le temps passe vite quand on s'amuse ; jamais je n'aurais su dire que trois ans étaient déjà passés depuis « Violence begets violence », le septième et précédent album des américains. Est-ce qu 'ils m'avaient manqué ? Oui et non. Un disque de Jedi Mind Tricks est rarement décevant, et si ces derniers temps,…
  • 10000
    Tous les 3 piges, Jedi Mind Tricks dégaine un nouvel album. Le précédent, malgré le retour aux affaires de Stoupe, m’avait gonflé ; trop téléphoné, trop « fan-service ». Et à vrai dire, j’aborde celui-ci avec les mêmes craintes. On le sait, Vinnie Paz sait poser son flow sur à peu près n’importe…
  • 10000
    Septième album pour les ricains de Jedi Mind Tricks et leur hip hop sombre et violent. Enfin, surtout pour Vinnie Paz, aujourd'hui seul aux commandes après le départ du pilier du groupe Stoupe The Enemy Of Mankind, préférant se concentrer sur d'autres projets. Le résultat d'un tel remaniement de personnel…
  • 10000
    L’infatigable Vinnie Paz est de retour, cette fois avec un disque solo. Je dois avouer que ses productions en son nom propre m’ont toujours paru en-deça de ses efforts avec Jedi Mind Tricks et Army of The Pharaohs. On retrouve les compères habituels (Ill Bill, Goretex, Reef The Lost Cause)…
  • 10000
    Aux États-Unis, il y a des années, de jeunes blancs-becs se sont mis en tête de faire du hip-hop. Le résultat ? Du rap sombre, chargé de références à l’horreur et… au metal, de la part de musiciens qui pour la plupart ont oeuvré dans le genre. Rien de choquant donc…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *