DEVILDRIVER : Beast

devildriver beast

Paraît que Dez Fafara a monté un groupe après Coal Chamber, et que ça dépote pas mal. Quoi ringard ? Bien sûr que je sais que ça existe depuis 2003. Oui, bon, on peut bien en laisser passer les un ou 2 premiers albums, histoire que le groupe se trouve, se rode un peu non ? Ah, 4 ? Déjà ? Et c’est le cinquième là ? Ok, ok, allez, je me lance, faut bien leur laisser une chance aux p’tits jeunes. « Beast » donc. Ça sonne méchant dis-donc ! Ah mais ça l’est en plus ? Elle a changé, sa voix, non ? Il prend des trucs ? Même pas ? Ça sonne beaucoup plus metal en tout cas, et ceux qui l’avaient quitté en pleine tourmente neo metal en seront pour leur frais, ici on est en plein neo thrash moderne, avec des gros bouts de death, des soli bien heavy, des influences black et nu hardcore… Un joli panel en somme. Et on peut dire que tout ça a de la gueule. La maîtrise est là, la science du riff digérée, l’art de la rythmique impeccablement retranscrit. Oh, bien sûr, ce n’est pas nouveau, et ça sonne un peu surjoué parfois, mais à part l’abominable relecture de « Black Soul Choir » de Sixteen Horsepower, ça tient sacrément bien la route, et je regrette presque de n’avoir pris la peine de me pencher sur le cas du groupe plus tôt.

Paroles de l’album

Site officiel

Devildriver : Dead to rights

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *