DEATH FROM ABOVE 1979 : Outrage !is now

Cette fois, le duo canadien n’a pas attendu 10 piges pour nous sortir la suite de « The physical world » : tant mieux. Ceci dit, ce (relativement) court laps de temps entre deux opus (trois ans quand même) a-t-il été mis à profit pour composer des titres aussi réussis que sur l’opus précédent ? Eh bien… Oui. Dès « Nomad », on retrouve ce mélange de riffs velus, de voix androgyne et de mélodies pop. Je le disais en 2014, j’aurais aimé un peu plus d’éléments électro au sein de « The physical world ». Je ne suis pas mieux servi ici, même si je trouve les ambiances plus variées qu’à l’accoutumée. C’est plutôt une bonne nouvelle, même si le groupe tombe parfois dans des travers déjà connus, celui de la répétitivité en particulier, qui plombe complètement certains titres (« Statues » par exemple). Mais rassurez-vous, ce disque est, comme les précédents, une tuerie dans son ensemble. Le groupe y creuse son sillon, et s’il montre certes ses limites en terme de créativité, ce serait mentir que dire qu’on ne s’en contente pas ; combien on paierait pour avoir un disque peuplé de « NVR 4EVR» ? Death From Above 1979 ne se prend pas la tête, et on fera avec ; il procure un plaisir immédiat et régressif, celui du bon gros rock qui tâche. Moi, ça me va !

Site officiel

Paroles de l’album

Death From Above 1979 : Never swim alone

Death From Above 1979 : Freeze me

Related Posts

  • 10000
    Lorsqu'en 2004, "You're a woman, I'm a machine" voit le jour, il fait l'effet d'une bombe. Intensément rock, le duo de Toronto a la gnaque et se fout des conventions, de la concurrence, de tout en fait. Entre noise, stoner, garage, post punk et rock indé, il balance un grand…
  • 10000
    Décidément, après Royal Blood et le retour de Death From Above 1979, 2014 n'est pas avare en duos bruyants ! Celui d'aujourd'hui est australien, formé d'un guitariste / chanteur et d'un batteur, et fout aussi un sacré barouf, en mélangeant punk, noisy pop et indie rock. Mais je ne rend pas…
  • 10000
    Vous aimez les photos ? Moi pas trop. Enfin, plus exactement, j'aime les photos de paysages, les trucs abstraits, plus ou moins artistiques, mais pas avec des gens dessus. L'humanité, je trouve ça vachement surfait, vous voyez ? Un gars qui photographie un gars, putain, c'est quoi, de l'anthropophagie artistique ? Enfin, bref,…
  • 10000
    Marre des savants fous du son, des hybrides venus d'ailleurs ? Pas de souci, je comprends. Une fois de temps en temps, il peut être agréable de se poser et d'écouter quelque chose de simple et direct. Ma prescription pour aujourd'hui, c'est donc Daily Grind, un petit groupe sans prétention de…
  • 10000
    Encore un groupe de barbus qui pratique une musique entre stoner et post hardcore ? Oui. Encore un premier album, un nouveau groupe ? Oui. Non, mais, encore un qui vaut la peine d'être découvert ? Oui. Et pourtant, « High mountain pass », premier titre de ce premier album, pourrait laisser penser le contraire.…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *