DEAD SOFT : Big blue

Dead Soft est un trio venu de Vancouver qui pratique, selon lui, le rock n’ roll. Bon, en fait, il s’agit plutôt de bon gros indie rock nineties mâtiné d’une attitude grungy. Je n’avais pas eu l’occasion de découvrir le combo à la sortie de son premier album éponyme. Comme beaucoup d’entre-vous, je suppose. « Big blue », donc. Le disque débute par « I believe you », premier single et petite pépite. Mais à vrai dire, ce disque en compte pas mal, alors on aurait très bien pu commencer par un autre titre. Au programme, du fuzz dans tous les coins, une rythmique solide, des mélodies infectieuses, une forme de mélancolie powerpop (les paroles parlent de malaise, de sentiments conflictuels, le genre de choses évoquées dix mille fois de dix mille manières différentes)… Bref, tout ce que j’aime. Et oui, « Big blue » présente des titres et des mélodies qui peuvent être comparés à dix milles autres aussi, dans le même genre, quelque part entre un Weezer première période et un Pixies. Mais ça reste un sacré bon disque, qu’on prendra plaisir à écouter et réécouter.

Instagram

Facebook

Related Posts

  • 10000
    Bon, étant donné les disques souffreteux que Weezer nous a pondu en quelques années, nous sortir aujourd'hui un « White album » est quelque peu prétentieux, voire carrément insultant pour la mémoire d'un certain groupe britannique. Car même si « Everything will be alright in the end » avait effacé quelques griefs, on a…
  • 10000
    Ils ne sont pas suédois, et ne vendent pas de voiture. Ovlov est un groupe américain pure souche, biberonné au rock indé volontiers grésillant et fuzzy de la fin des eighties et du début des nineties. Une esthétique qui transparaît dès l’entame de « Baby alligator » et qui ne cessera de…
  • 10000
    Découvert totalement par hasard au gré de pérégrinations mercantiles, les écossais de Foil sont une de ces bonnes surprises indies qu’il est encore temps de découvrir quelques années après. Déjà lucides à la sortie de ce deuxième album, ils affirmaient sans qu’on sache vraiment si c’était un regret ou un…
  • 10000
    Né en 2009, le bordelais Smogs & Tacos nous apporte ici son premier album, après deux ep pour se mettre en jambe. Et qu’y entend-on ? On serait tentés d’évoquer le post rock à l’écoute de l’introductif « Dreams removal », de la présence d’un violoncelle, de cette recherche d’ambiance. Mais le groupe…
  • 10000
    Ils sont cinq, nous viennent de Seattle et ne jouent pas du tout du grunge. Formé selon une config folk rock, le groupe a évolué vers le garage rock et l’indie rock… Pour s’en détourner ostensiblement ici. Car « Lovejoys » est une déclaration d’amour au groove et au funk. Oh, on…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *