DARDUST : S.A.D. Storm and drugs

Dardust, c’est Dario Faini, musicien, compositeur et producteur italien assez actif dans son pays, et reconnu également outre son activité avec Dardust, puisque monsieur a collaboré avec, entre autres, Jovanotti, Luca Carboni et Christiano de André (dont les noms ne vous disent peut-être rien mais qui ont une résonance toute autre chez les transalpins). Dardust, donc, c’est son projet solo aux sonorités mêlant musique électronique et neo classique, né en 2014 et déjà auteur de deux albums (« 7 » en 2015 et « Birth » l’année suivante). Et malgré son titre, « Storm and drugs » s’avère extrêmement propre, élégant et soigné. Pas étonnant donc que pour ce troisième opus, Dardust ait signé chez Sony. Ah, il y a quelque chose que je ne vous ai pas dit. Chez Dario Faini, le mélange de ces deux univers n’est pas une lubie passagère, pas un mouvement opportuniste, le flair d’un gars qui a repéré un marché à prendre. C’est à huit ans que le monsieur a débuté le piano, avant de bifurquer vers le rock à tendance electro. Il a donc pris le temps de maîtriser les deux aspects de la chose avant de se lancer en solo et nous proposer un mariage (plus tellement) hors normes. Et ça s’entend. Le rythme vient certes bousculer un peu les sonorités les plus classiques, mais tout se fait en harmonie, et chaque élément vient souligner les qualités de l’autre sans l’affadir ou le brutaliser. Bon, ceci dit, les neuf titres de « S.A.D. » restent très écoutables, quelque part entre un Yann Tiersen et un Moby, avec des éléments plus modernes. On ne s’ennuie pas mais c’est tout de même un peu trop classique et déjà entendu pour qu’on s’y attarde plusieurs écoutes successives. Peut-être en modifiant la structure un peu répétitive des titres, laissant d’abord le piano installer la mélodie puis enchaînant avec l’electro ? Je ne sais pas, mais il y a là quelque chose à faire !

Facebook

Instagram

Related Posts

  • 10000
    Les formations étiquetées dark jazz ne sont pas légion, alors chaque sortie du genre est scrutée à la loupe par les fans du genre. Aujourd'hui nous nous interesserons à Fogh Depot, trio moscovite qui, comme souvent, fait se croiser dark jazz et electro-ambiant pour un résultat sombre et créatif. Il…
  • 10000
    S’il était en France, il échapperait à la réforme des retraites ; Hior Chronik, c’est George Papadopoulos, né en 1974 à Athènes (et depuis exilé à Berlin). Le monsieur est un vrai passionné de musique, et a toujours voulu en faire son métier ; ayant oeuvré en radio puis au sein de…
  • 10000
    Je me souviens avoir été conquis par The Notwist et leur album "Shrink" paru il y a quelques années. C'est donc confiant que je me suis plongé dans l'écoute de ce "Neon Golden" dont la presse dit déjà grand bien. The Notwist est une formation allemande qui a commencé sa…
  • 10000
    Efterklang fait partie de ces formations connues des connaisseurs seulement. Il faut dire que depuis sa formation, il ne joue pas vraiment dans la catégorie grand public. Les danois font le pont entre post rock, indie pop, musique expérimentale et neo-classique... et n'hésitent pas une seconde à utiliser une langue…
  • 10000
    Pour ceux (probablement nombreux) qui ne connaitraient pas le personnage, Henrik Schwarz erst un musicien allemand de musique électronique à dominante house, qui traîne dans le milieu depuis pas mal d’années déjà. Comme beaucoup d’autres, me direz vous. Pas faux. Mais là où notre presque quinqua tire son épingle du…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *