DANZIG : Black laden crown

Glenn Danzig n’est pas un gars avec qui j’aimerai forcément traîner et refaire le monde. En revanche, je l’ai toujours trouvé capable de pondre des chansons totalement hypnotisantes et vénéneuses. Sa personnalité musicale est unique et si attachante que chacun de ses albums est un passage obligé pour moi. Mais j’ai beau être fan, je n’en suis pas pour autant aveuglé. Et donc, « Skeletons », le disque de reprises paru en 2015. Pfiouuu, que dire ! Mauvais ? Oh oui, ça ne fait pas un doute. Alors ce nouveau disque sonne comme une menace. Celle d’avoir à subir une autre déception, de celles dont on se remet difficilement ou pas du tout. Parce que, bon, un disque de reprises foiré, c’est pas si grave, mais foirer un vrai album après un « Deth red sabaoth » qui comportait franchement des bons moments… Et puis je lance la lecture. « Black laden crown », le titre, s’élance…et ne décolle jamais vraiment. Ok, c’est pas mauvais, l’ambiance est bonne, mais il lui manque quelque chose. Et puis, le evil Elvis y chante limite faux parfois, le son n’est pas assez massif, la fin n’amène rien. Arf. « Eyes ripping fire » semble d’abord s’aventurer sur le même terrain, mais se fait plus rythmé. Le chant doublé sur le refrain apporte un groove inattendu, mais pas suffisant pour sauver le titre. « Devil on Hwy 9 » ne fait pas mieux, titre heavy pseudo dark passe-partout fadasse. « Last ride » marque un peu plus les esprits, et « The witching hour » apporte – enfin – un peu de bonheur à votre serviteur. Hélas, « But a nightmare » retombe dans le convenu. Ce disque use et abuse des mêmes plans, sonorités et structures. Parfois ça marche (« Skulls & daisies » et « Pull the sun » sauvent la fin du disque), parfois pas du tout (le gros du reste). Impossible de ne pas être déçu par le côté monolithique de « Black ladden crown », par son manque de reliefs, par la voix déclinante de Glenn. Oh, il reste « moins pire » que « Skeletons », mais trois crans en deça de « Deth red sabaoth ». C’est bien triste…

Site officiel

Paroles de l’album

Related Posts

  • 10000
    Euh, c'est une plaisanterie ? Après un « Deth red sabaoth » très encourageant sorti en 2010, j'attendais, comme beaucoup de fans du petit coquinou Glenn, un nouvel album en bonne et due forme. A la place, je me retrouve avec un « bête » disque de reprise, à la pochette singeant celle de Bowie,…
  • 10000
    Personnage haut en couleur, à la fois risible et très respectable, Glenn Danzig continue en 1994 d'explorer la voie d'un metal à la fois heavy, bluesy et gothique avec ce quatrième disque de sa troisième incarnation musicale. On y retrouve un style sombre, mid-tempo, sublimé par la voix du dark…
  • 10000
    Six ans après un « Circle Of Snakes » bof bof, le héros Glenn Danzig repointe ses muscles et son regard ténébreux, un nouvel album dans la poche kangourou de son pantalon de cuir. Bon, avouons-le, depuis quelques années, rien de ce qui sort de sa batcave n'est très excitant, alors si…
  • 10000
    Je l'avoue sans mal, je suis fan de Danzig, du moins de celui des débuts, la qualité faisant cruellement défaut aux dernières "oeuvres" du groupe du petit hargneux Glenn. Alors lorsque le bon monsieur Evilive me propose de mettre la main sur 26 titres issus des sessions des disques de…
  • 10000
    « Glenn est revenu à ses premières amours avec ce disque » entend-je partout. Fan à mes heures de son dark heavy rock et de sa voix unique et puissante, je me jetai donc sans réfléchir sur ce nouvel opus, babines retroussées et crocs luisants. Et ce retour aux sources,…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *