DANIEL PABOEUF UNITY : Eponyme

daniel paboeuf 1

Un saxophoniste jazz qui se la joue solo et progressiste, ça me rappelle quelqu’un, moi… La France aurait-elle trouvé son John Zorn ? Bien entouré, monsieur Paboeuf n’a peur de rien ; jazz, electro, rock, funk, world music, le tout avec une maîtrise et un sens de la mélodie qui force le respect. Comme quoi, on peut faire du jazz rock sans être prise de tête. Oh, attendez, je n’ai pas dit que tout est facile d’écoute non plus, à l’image de ce « Profondément » qui aurait pu se voir légèrement raccourci, amputé d’excroissances soniques un peu trop free à mon goût. Mais dans l’ensemble, ce premier projet solo de l’artiste qui a affûté ses hanches des années durant aux côtés de Dominique A, Marquis de Sade, Kas Product et bien d’autres, est très recommandable. On retiendra en particulier « Bacchanales », titre d’ouverture explosif, percussif, et dont la mélodie s’insinue irrémédiablement dans le tympan, et « I’d Lost My Soul », langoureuse et sombre à la fois, qui ne dépareillerait pas au sein d’une musique de film noir. Un disque très réussi qui sort des sentiers battus. 

Site officiel

Related Posts

  • 71
    Les Marseillais de Dagoba sont sur une pente ascendante depuis un bon petit paquet d'années, et font tout pour rester sur le devant de la scène, s'imposant un rythme de croisière, une qualité compositive et une puissance rares. Bon, certes, la recette bouge peu ou pas du tout (ici, un…
    Tags: de, un, à

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *