DAN TERMINUS : Automated refrains

Il y a quelques années, la french touch faisait une razzia sur la scène électronique mondiale, redonnant un peu de lumière à la house music. Aujourd’hui, la house music a cédé la place à la synthwave, mais les français continuent de mener la danse. Kavinsky, Prince 85, Perturbator, Double Dragon, Tommy’86, Carpenter Brut… Et Dan Terminus sont autant de représentants tricolores pour un genre qui n’en finit pas de s’exporter. Le piège, bien sûr, est toujours le même : trop de sorties dans un court laps de temps, beaucoup de cannibalisme musical, une scène assez restreinte, un vocabulaire mélodique limité. Alors, ce quatrième opus de Dan Terminus, l’un des derniers arrivés dans le game, sera-t-il celui de trop ? Une fois passée cette magnifique pochette de Luca Carey, déjà responsable de celle du disque précédent « The wrath of code », qu’y trouve-t-on ? Et bien, rien de moins que sa digne suite, pardi ! Soit une synth wave beaucoup plus axée sur les ambiances et aussi beaucoup plus diversifiée que chez les copains. Dan Terminus pratique le grand écart musical avec joie, et on croisera donc ici des titres qui tutoient la musique du film, d’autres qui se la jouent monstre bodybuildé, et puis aussi certains qui sonnent plus comme ce qu’on peut attendre. Le tout donne un disque qui s’écoute sans déplaisir, riche en rebondissements et qui, s’il s’avère souvent moins percutant, se montre également plus profond et riche que les autres. Ceux qui ont aimé le précédent seront forcément conquis ; « Automated refrains » est un monde en soi. Bon, pour ne rien vous cacher, j’accroche moins à ce disque qu’aux autres productions tricolores du genre, mais je le trouve paradoxalement très bien pensé. Mais peut-être que ce foisonnement d’idées nuit à son unité ? En tout cas, si vous cherchez donc un disque de synth wave plus adulte, bingo !

Site officiel

Related Posts

  • 10000
    Prince 85 est depuis quelques temps un nom qui sort souvent côté électro française. Quoi ? Faut être plus précis ? Eh bien, vous qui avez craqué sur Kavinsky et son côté régressif et sombre à la fois, mais qui aimez également les choses un peu plus electro pure ou les instrus…
  • 10000
    Petit copain des post rockeurs de Mogwai, Xander Harris n'évolue pas du tout dans les mêmes sphères. Si le nom évoque sans grande ambiguïté Buffy contre les vampires, la musique elle, est moins teenager mais tout aussi creepy que l'on peut s'y attendre. Soit une ebm / synth wave aux…
  • 10000
    Que je vous présente une sortie synth wave, ça n'est pas une révolution. Mais que la formation qui l'a fait naître soit signée sur un label ouvertement metal extrême, ça, c'est plus rare. Oh, bien sûr, souvent, les petits gars derrière ne sont pas si éloignés de ce style musical…
  • 10000
    Versant sale et méchant d'une scène synth wave en odeur de sainteté, Perturbator avait traversé ma route comme un bolide en 2014 avec son « Dangerous days », me laissant globalement convaincu même si je trouvais le disque inégal. Deux ans plus tard, je veux bien entendu me rendre compte par moi-même…
  • 10000
    Bon, c’est de la triche, je sais. Ce premier album des français est sorti en autoproduction fin 2015 / début 2016. Je profite de sa réédition en vinyle pour vous le présenter aujourd’hui. Pourquoi ? Parce que ce premier album a beau ne pas être très original, il est bougrement efficace.…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *