CYBERNE : Law

cyberne law

7 Décembre 1941. Le service aérien de la marine impériale japonaise attaque la base navale américaine de Pearl Harbour. 2010 : les japonais remettent ça par le biais d’une unité plus réduite mais tout autant destructrice : Cyberne. Le groupe, qui se qualifie de « Japanese aggressive psycho-rhythm », et que sa maison de disque décrit comme « grind & groove » ne fait pas dans la dentelle de Calais, on s’en doute un peu. Revendiquant l’influence de ses pairs Melt Banana, mais proche aussi d’attentats sonores plus purement post hardcore ou sludge, Cyberne alterne entre le bourrin sympa, l’inécoutable chaotique et le lourd et grave excellent. Le groupe a de très bons arguments mais ne sait pas toujours les mettre en valeur, et c’est bien dommage, mais ne nous y trompons pas ; les trois d’Osaka ont quand même un potentiel assez impressionnant qui ne demande qu’à être canalisé et révélé par un producteur digne de ce nom. Gageons qu’il l’auront trouvé d’ici à leur prochain album, qui saura alors mettre tout les fans de metal extrême d’accord ?

Site officiel

Related Posts

  • 10000
    Ça fait bien longtemps que je n'ai pas écouté un bon groupe de grindcore. Aujourd'hui, monsieur Relapse me propose Columns, soit quatre jeunes gens majoritairement barbus (ok, je suis démasqué, mon sponsor est une grande marque de rasoirs), déjà aperçus dans d'autres formations grind / death (Hemdale, Wretched, Vehemence, Glass…
  • 10000
    Du metal instrumental, c'est déjà vu, et ça a donné lieu au meilleur comme au pire. Format duo, c'est déjà à la fois beaucoup plus inédit et casse-gueule. Mais basse-batterie, là, ça devient plutôt présomptueux. On se retrouve donc ici face à douze morceaux pour une petite demi-heure de musique…
  • 10000
    Une pochette vraiment sympa, un premier riff crust avec une voix black / hardcore, voilà ma première rencontre avec The Drip. Bon, bien sûr, après, les choses s'enchaînent et on replonge en territoire grindcore plus classique, mais le son, lui, garde cette identité, et le chant cette couleur plus hardcore…
  • 10000
    Weekend Nachos n'est pas connu pour son tempérament tendre et câlin. Et même sans avoir un souvenir précis ou même ému du combo, je me rappelle d'une horde de brutes privilégiant la violence à l'ambiance, entre grindcore, hardcore, death et sludge. Pour ce troisième album, le groupe a décidé de…
  • 10000
    Le grindcore est un genre ô combien étriqué et l'Italie pas forcément le pays du métal. Alors quand nous est offerte la possibilité de faire mentir les faits, qui plus est en nous enfilant le nouvel album d'une légende du grind hardcore transalpin, on ne se fait pas prier !…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *