CURRENTS : The way it ends

Tiens, revoilà les américains de Currents ! Et…non, attendez… avec le même chanteur ! Bon, sans blague, ça me fait très plaisir de voir que le covid ou l’adversité n’aient pas eu raison de ce combo du Connecticut, qui m’avait pas mal impressionné avec son disque précédent (que vous pourrez redécouvrir à travers la chronique en-dessous de cet article, si le coeur vous en dit). Currents y développait un metalcore teinté de djent, assez intense et émotionnel. Et j’espère vraiment trouver ici une suite logique. C’est à peu près le cas. Non, j’exagère. Oui, c’est le cas, mais je pense que le groupe aurait pu aller encore plus loin. Pour le prochain album, certainement, laissons-leur le temps. “The way it ends” s’inscrit en tout cas dans une continuité, y compris avec son artwork, qui pourrait être un détail ou agrandissement du précédent. Currents a poussé les potards de la mélodie, mais n’a pas touché ceux de la violence (on frôle même de plus en plus le deathcore au niveau des vocaux) ; ce qui fait que les deux aspects de sa personnalité cohabitent plus étroitement. Et c’est plutôt une bonne nouvelle. De fait, les titres se font plus mémorables ; à commencer bien sûr par l’intro magistrale “Never there”, mais aussi “Monsters” et son solo parfait, “Kill the ache”, son gimmick electro et son alternance d’ambiances… En fait, les titres rivalisent de bonnes idées et d’intelligence, plus on les écoute plus on les apprécie, et si certains passages se font plus “mainstream”, on ne peut pas accuser Currents de s’être radouci. Ce disque est une pure tuerie, et le fait qu’il joue plus sur les nuances ne fait que renforcer la faculté du groupe à faire émerger les émotions enfouies de ses auditeurs.

Instagram

Facebook

Paroles de l’album

Related Posts

  • 10000
    Avec sa pochette très gothic metal, je ne m’attendais pas à découvrir un disque mêlant metalcore et djent. Bon, si cette perspective vous effraie déjà, il va en plus falloir vous habituer à l’idée d’écouter un disque d’un mec qui s’appelle Ryan Castaldi. Bon, ceci dit, le jeu en vaut…
  • 10000
    Tragic Hero Records est une petite structure. Petite mais dont sont issues quelques formations qui y ont grandi avant de s'en extirper et prendre leur envol : A Skylit Drive, Motionless In White, Graves Of Valor, Iwrestledabearonce. Du coup, on peut voir les choses de deux façons. La pessimiste ; ce label…
  • 10000
    Quatrième album pour Code Orange, et le deuxième chez Roadrunner. Par où commencer ? Par dire qu'il existe une palanquée de groupes de metalcore, mais pas un autre comme Code Orange, non ? Ceci dit, passons aux mises en garde. « Underneath » est un sacré bordel. C'est un album sur la dualité, et…
  • 10000
    On aura beau objecter que leur line-up a connu pas mal de soubresauts, qu'ils ont quand même beaucoup joué sur la corde sensible du public au bon moment, Stray From The Path a une jolie longévité vu d'ici. Créé en 2001, le combo metalcore punk rapcore sort ici son neuvième…
  • 10000
    Vitja s’est jusqu’ici illustré par son mélange electro metalcore parfois musclé, parfois mainstream… Et ses pochettes moches. Nous voici rassurés ; « Thirst » jouit d’un artwork certes assez classique mais élégant. Comment ça on s’en fout ? Ah, la musique alors ? Et bien, « Light blue » démarre de façon très soft. On imagine sans…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *