CULTS : Offering

Quand Cults déboule en 2011 avec son premier album, il est déjà connu et reconnu. On apprécie sa pop qui ratisse assez largement dans les sixties mais emploie des tournures plus modernes, pile poil dans l’air du temps. Un bon premier album, mais un peu kleenex. Puis un deuxième, toujours aussi bon mais exploitant la même formule et s’abîmant sur le même écueil. Autrement dit, il était temps de réagir. c’est le constat qu’a peut-être fait le groupe également, puisqu’on le trouve ici complètement transformé. Le point commun entre les trois disques ? Un positionnement assez roublard. Exit (ou presque, quelques effluves parfument encore les phrases de Madeline et certaines mélodies) le côté sixties à fond les ballons, et bonjour l’electro pop. La chanson-titre fleure bon les eighties et convainc immédiatement. « I took your picture » est un poil plus personnelle, mais tout aussi percutante. La suite n’est pas toujours aussi idyllique, mais pas mal de titres se montrent vraiment bien fichus dans le genre, gagnant en grandiloquence et en profondeur ce que le groupe a abandonné d’immédiateté et de fun. Et on ne s’en plaindra pas, car si « Offering » ne se montre pas forcément beaucoup plus inoubliable (mais un peu quand même), il se montre au moins différent, et ça c’est déjà beaucoup pour une formation qu’on croyait voué à l’immobilisme !

Site officiel

Paroles de l’album

Cults : I took your picture with my eyes closed

Related Posts

  • 10000
    Deuxième essai pour Cults, qui sans surprise joue toujours dans la même catégorie que pour son premier album, à savoir un pop rock résolument nostalgique, léger et facile d'écoute. J'avais trouvé leur premier album plutôt bien troussé, malgré des mélodies et gimmicks un poil trop faciles. Et pour ça non…
  • 10000
    Voilà le genre de disque qui me pose problème. Porté aux nues avant sa sortie, venu de nulle part ou presque (deux – trois titres postés sur internet, et voilà le travail !), pétri de bonnes intentions et d'influences sixties très sympathiques, ce premier album éponyme des New Yorkais de…
  • 10000
    De petit poucet, Oscar And The Wolf est devenu un ogre croquant tout ce qui passe à sa portée, de la mode aux gros festivals, gagnant des admirateurs très admirés et générant une attente incommensurable pour ce deuxième album qui se doit de transformer l’essai du premier, plutôt bien fichu…
  • 10000
    Si « Eyelid movies » avait fait naître des espoirs fous pour ce duo new-yorkais, le deuxième album « Voices » avait tôt fait de les brider, trop englué dans une voie médiane entre renouveau et pistage des anciennes traces. Heureusement, c'est à un groupe ressoudé et réaffirmé que nous avons affaire aujourd'hui. Un…
  • 10000
    Bon, même s'il y a de la matière, même si c'est souvent bien foutu, ça commence à devenir gênant de découvrir tous les quatre matins une nouvelle artiste qui marche plus ou moins délicatement sur les plates-bandes de Florence And The Machine, mixant l'electro pop, le rock et les genres…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *