COUNT BACHULA : Gothic christmas

Ok, ce disque a plus de 10 ans, et donc je m’écarte un peu de mon délire « les albums de l’année de noël », mais franchement, il vaut le détour. Pour vous situer la chose ; Count Bachula est l’arrière arrière arrière arrière arrière (rayez la répétition inutile si vous êtes plus doués que moi, ce qui est fort possible) petit fils de Jean-Sébastien Bach, du côté transylvanien de la famille. Ah, et oui, accessoirement, c’est aussi un vampire. Et donc, ce « Gothic christmas », c’est sa version toute personnelle de l’album de noël. Là où il y a vraiment une valeur ajoutée, c’est que Count Bachula ne se contente pas, comme beaucoup (trop) de réinterpréter note pour note avec une intention « autre » les classiques du genre. Il les transpose, les transforme, les transcende à la sauce gothique néo baroque instrumentale : ici clavecin et orgue se disputent la vedette. Et c’est très réussi, vous vous en doutez, pour que je le mette à l’honneur ce soir. Nous avons donc 14 hymnes bien transformés, autant dans le titre que dans la musicalité, ici forcément déclinée en accords mineurs. Les ambiances sont lugubres à souhait, enrichies de samples divers (dont quelques-uns sont de trop, mais c’est voulu). Le jeu du Comte sait se faire sobre ou plus enlevé, et il a la bonne idée de ne pas faire traîner les titres, qui vont à l’essentiel ou presque. Pour tout dire, les divers éléments de ce « Gothic christmas » colleraient parfaitement à un épisode des « Contes de la crypte » ou autre production du même genre, mêlant le 3e degré à l’horreur. Et il tient à préciser que Tim Burton lui a tout piqué (le comte est né en 666, ça fait donc un moment que ses titres voyagent dans l’inconscient collectif). Bref, s’il ordonne sur son site au chaland « de laisse tout bon goût à l’entrée », ce disque, à ma connaissance le seule et l’unique du bonhomme, n’en est pas dénué, et va bien au-delà du simple amusement qu’il pourrait susciter !

Site officiel

Related Posts

  • 10000
    Deuxième album de noël pour les québécois. Deuxième ? Deux en suivant ? Non parce qu’un, c’est rigolo, et en plus il était assez réussi, mais que va apporter celui-ci ? Du soleil, capitaine. Ah bon. The Lost Fingers nouvelle formule (pour ceux qui n’ont pas suivi, le trio originel s’est adjoint les…
  • 10000
    Oh, je vous entend d'ici... « Bouahaha ! Pfffff ! Peupeupeupeu ! Gniark gniark ! » Oui, c'est un album de noël. Mais attention, pas envoyé par n'importe qui ! Eh oui, c'est papy Ritchie et sa jolie blonde rencontrée au Superbowl (c'est-y pas romantique ça ?) qui œuvrent ici…
  • 10000
    Je dois vous le dire, parfois, le fait d'écrire des chroniques, comme pour toute activité qui crée une routine, est pesant pour moi. Mais s'il y a bien une période où je m'amuse, où mon enthousiasme remonte en flèche, où je me souviens pourquoi j'ai entamé cette aventure, c'est celle…
  • 10000
    Bon, ok, on entre ici bien en territoire américain, au coeur de genres bien installés, mais voilà, par ici ça reste assez exotique pour que votre serviteur aie envie de se farcir 37 minutes d’un traitement country bluegrass des titres classiques des fêtes de fin d’année. Les Singing Contractors sont…
  • 10000
    Ma dernière rencontre avec les rigolos de Dude York était un peu biaisée ; il s'agissait d'un disque de compositions originales, certes, mais...de noël ! J'avais tout de même capté le potentiel du groupe, capable de pondre de chouettes titres entre pop punk et powerpop. Et vous savez quoi ? C'est exactement ce…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *