CHURN : Twelve Easy Steps To Endsville

churn twelve

Non, pitié, arrêtez ! C’est à peu près ce qui m’est venu à l’esprit à la fin du premier titre des écossais de Churn, qui nous présentent ici leur premier effort. Pourtant, comme ça, ça n’avait pas l’air d’une tuerie, me direz-vous ? Effectivement, ça n’en est pas une. On est d’abord surpris par les vocaux death façon ours franchement pas valorisants, puis on écoute la musique. Alors oui, c’est énergique, c’est coupé au metal, on n’a pas l’impression d’entendre toujours le même titre, mais tout ça n’empêche pas d’être chiant. Ça sent le réchauffé, votre truc, les gars. Comme quoi, on en raconte des niaiseries. Y’a pas que l’intention qui compte…

Related Posts

  • 10000
    Tiens, des allemands signés sur Lifeforce ! Dingue, non ? Bon, passée cette surprise, et la constatation de la grande classe du patronyme du combo, que nous reste-t-il ? Du brutal, oui. Mais pas que. War From A Harlots Mouth, c'est comment vous décrire, un peu comme si Atheist copulait…
  • 10000
    Le fléau de l'Amérique Steve Austin nous revient avec un deuxième album toujours aussi virulent. Pour ceux qui ne connaîtraient pas ce groupe culte, voilà le topo: Today Is The Day pratique un punk hardcore coupé au grind avec des éléments noise, avec une voix la plupart du temps suraiguë…
  • 10000
    Tears Eviction est un jeune quintette Toulonnais qui nous propose ici son deuxième mini après une démo quatre titres. Les ptits gars nous proposent un hardcore metal assez proche du Kickback des premières heures, en y ajoutant parfois un brin de folie (oui, bon, un sample introductif, un final et…
  • 10000
    Pyrexia est une formation américaine formée de cadors du death (Malevolent Creation, Insatanity, Catastrophic) qui pratique un deathcore classique et efficace. Les deux éléments (hardcore et death metal, pour les néophytes) sont si bien agencés que l'on ne saurait dire lequel a débordé sur l'autre. Les rythmiques et la scansion…
  • 10000
    Tout commence avec une pièce mélancolique au piano qui, bien que très réussie et bienvenue en ouverture, nous fait douter du caractère hardcore de la galette. Bien, les petits jeunes ont l’esprit ouvert, donc. Et pourtant, durant le reste du brûlot, on voyage en terrain connu, celui du hardcore metal…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *