CHLOE BREIT : Hazy line

Recto DSC00139-MODIFIER-4
Verso DSC00139-MODIFIER-3-RECUPERE

Chloe Breit est l’une de ces artistes en devenir qui passent par les étapes classiques ; découverte de sa voie à travers des reprises de ses modèles (ici, on peut citer toute la vague moderne de la soul pop, mais aussi les grands classiques de la musique de l’âme), petits concerts dans des bars, tremplins et concours divers (on peut citer le Soul’R). Sauf que Chloe est peut-être plus chanceuse (ou plus fortunée) que les autres, puisqu’elle sort aujourd’hui (ou presque) son premier ep. Je suis toujours assez gêné de ce genre de démarche. Parce que quatre titres, c’est très peu pour jauger. Parce qu’une première œuvre, c’est souvent imparfait, et qu’il est compliqué de juger sans se montrer trop critique. Et puis il y a aussi le fait que le genre dans lequel s’illustre la chanteuse de Seine-et-Marne, entre soul, jazz et pop, n’est pas forcément mon domaine de prédilection, et que l’ennui m’y guette souvent. « When you smoke » me laisse d’ailleurs une impression mitigée. Car si le refrain est vraiment réussi, les couplets sont assez passe-partout, manquent de caractère et d’accroche. « Is it the end » est assez classique mais plutôt efficace. « Hazy line », single bénéficiant d’un clip, développe le côté groove tranquille de la jeune femme, porté par des choeurs qui tombent à pic pour réchauffer l’ambiance. Enfin, « Back home » fait dans la soie sans irriter l’épiderme. Vous aurez remarqué que je ne parle pas du principal, à savoir de la voix de mademoiselle Breit ? En fait, c’est plutôt bon signe me concernant ; elle a le bon goût de ne pas bouffer le reste, de ne pas en faire trop, de servir les chansons dans une relative sobriété. Bien sûr, certaines intonations ou tics vocaux pourront agacer si on y prête attention, mais l’ensemble se fond parfaitement dans la masse et laisse l’auditeur satisfait. « Hazy line » est donc une bonne première proposition, et on souhaite tout le meilleur à son auteur pour la suite de l’aventure.

Site officiel

Chloe Breit : Hazy line

Related Posts

  • 10000
    Vous connaissez Emery ? Non ? Et bien, Emery, c'est l'un des nombreux groupes d'emo rock ayant fait les choux gras de la presse rock ricaine. Et ça ne s'entend pas sur ce disque. Devin Shelton a commencé comme batteur au sein d'Emery, avant de passer guitariste. Et ça non plus ça…
  • 10000
    Le cerveau est un organe comme les autres. Il a besoin, pour bien fonctionner, d'être stimulé, soigné, utilisé régulièrement. Et parfois, lorsqu'il est poussé dans se retranchements, il mérite aussi un peu de repos, de concentration sur des choses plus faciles. Max Jury n'est à priori pas le genre d'artiste…
  • 10000
    J'avais déjà croisé le bonhomme derrière le micro de Portico Quartet, mais jamais je ne m'étais penché sur la discographie de ce jeune homme à la voix d'or entre soul, jazz et pop. Et pourtant, ce « Pagodes » n'est autre que son troisième album. L'anglais pratique, comme on pouvait s'en douter…
  • 10000
    La pop grand public, c'est pas trop mon truc. Pourtant, le premier album de Birdy, jeune britannique issue d'un télé-crochet, m'avait assez convaincu. Un amour sincère du piano, une personnalité affirmée, une voix soul-pop attachante, une volonté de ne pas en faire des tonnes comme les voisines Lana Del Rey…
  • 10000
    D'Eminem anglais, Ben Drew, alias Plan B, semble vouloir passer à Marvin Gaye blanc. Ici, la soul vintage côtoie le hip-hop de blanc-bec au sein d'un concept-album narrant l'histoire d'un jeune chanteur soul accusé à tort de viol par une fan éconduite. Hum. Un album-concept qui sent le biopic à…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *