CHAUVEAU, Sylvain & ENSEMBLE NOCTURNE : Down To The Bone – An Acoustic Tribute To Depeche Mode

sylvain chauveau down to

Je ne vais pas vous le cacher, la première chose qui m’est venue à l’esprit après l’écoute au calme de ce disque est une interrogation d’une subtilité et d’un à-propos pas forcément accessible au commun des mortels, auquel ma condition de critique rock me permet d’échapper : « Ben pourquoi ? ». Pour vous, lectorat chéri (car ce qui est rare est cher !), je vais tenter de simplifier et d’expliquer ce raisonnement labyrinthique qui est mien. Alors voilà : à notre droite, nous avons Depeche Mode, groupe à la carrière bien remplie, qui a su conjuguer tubes mondiaux et accomplissement artistique. Et à notre gauche, nous avons Sylvain Chauveau, p’tit gars bien de chez nous, à la fois fan du groupe et de musique de chambre. La collision des deux aboutit à ce disque, où les standards (ou pas) du groupe sont interprétés de fort belle manière, chantés par notre Sylvain national accompagné de piano, cordes et instruments à vent dans une atmosphère intimiste et respectueuse. Et c’est là où le bas blesse. Si on pense plusieurs fois à l’album « Together In The Darkness » des suédois Hederos & Helberg pour la qualité d’interprétation et la beauté des versions, force est de constater que ces derniers avaient pris beaucoup plus de risques dans le choix de leur reprises. Car ici, on ne chamboule rien, on adapte sans, en somme, apporter grand chose aux chansons des héros de l’electro-pop. On a même parfois l’impression d’entendre Dave Gahan chanter, c’est un comble ! Attention, ne vous méprenez pas, cet album de reprises est très agréable à écouter, souvent d’une mélancolie et d’une beauté qui laissent sans voix (« Never Let Me Down Again »), mais niveau personnalité de la chose, c’est plutôt maigre…A réserver aux fans ultimes donc, et à ceux n’ayant rien de plus pressant à acquérir. 

Paroles de l’album

Site officiel

Related Posts

  • 89
    Déjà consacré phénomène électro dans une bonne partie de l’Europe (oui, je suis en retard !), ce premier album du duo américain de Fisherspooner est le disque susceptible de réconcilier jeunes et moins jeunes sur les dancefloors. Jeunes parce que c’est foncièrement hype et (pour une fois serait-on tenté d’ajouter)…
    Tags: de, à, une, d
  • 87
    Produit par Daniel Bergstrand, qui commence à avoir une certaine assise dans le domaine du « gros son qui tâche » (Meshuggah, Strapping Young Lad, In Flames…), Nine s’apprête à asséner une claque phénoménale à ses concurrents. Pratiquant un thrashcore percutant et mélodique que l’on pourrait peut-être parfois rapprocher des…
    Tags: de, à, une, on, d
  • 84
    Le précédent opus de notre ami le jovial Rudy Ratzinger m’avait déçu, tout comme des milliers de fans d’un one-man band qui avait dans le passé su composer des pièces violentes, froides et dansantes qui imprégnaient le corps et l’esprit et entraînaient une adhésion immédiate au genre (pour les cerveaux…
    Tags: de, à, d, une
  • 82
    Émanation du label canadien constellation et formé en partie des membres de l’activiste Godspeed You Black Emperor !, Silver Mt Zion revient un an à peine après le bon mais pas inoubliable « Born Into Trouble As The Sparks Fly Upward ». Même si le groupe a toujours du mal…
    Tags: de, à, une
  • 81
    Il y a des jours comme ça. Où on se lève, sort de chez soi, et sur le chemin, on se retrouve nez à papier avec un billet de 50 € (qu’on décide derechef de réinvestir dans la matière première – non, pas la bière, ivrognes ! La musique, bien…
    Tags: de, on, à

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *