CHARLOTTE GAINSBOURG : Rest

Il y a quelques années, le premier single de Charlotte Gainsbourg me transperçait par sa beauté et sa mélancolie. Et puis plouf, l’album, lui, ne remplissait pas les promesses de cet instant d’éternité, et je décidai de lâcher l’affaire, comme disaient les jeunes il y a quinze ans. Je suis donc allègrement passé à côté d’ « IRM » en 2009, sans même un regret ou un regard en arrière. Et puis j’ai appris, comme beaucoup, la tragédie familiale que l’actrice / chanteuse a traversé. Aujourd’hui, quatre ans plus tard, je me doute que ça la hante toujours. Et c’est mu par une certaine curiosité malsaine que je pénètre cette nouvelle enceinte d’intimité. Pas parce que je veux en savoir plus, non, mais parce que je pense que c’est de ce genre d’épreuves que peuvent émerger les plus belles chansons. Sur ce disque, elle s’est entourée (d’une part) de la crème de l’electro française, j’ai nommé Daft Punk (du moins, 50%) et SebastiAn. Et le résultat est cette fois largement à la hauteur de mes espérances. Je retrouve ici le côté cafardeux de la chanteuse, paré d’atours electro soyeux et tragiques. Les textes, forcément assez mélancoliques, louvoient entre français et anglais, comme Charlotte au quotidien. L’album est bâti en deux moitiés bien distinctes, que l’on pourrait schématiser par tristesse et résignation et retour à la vie, avec une dernière supplique sous la forme du « Rest » central. Ma préférence va forcément vers la première partie, plus touchante et profonde, mais l’ensemble des onze titres est vraiment une bonne surprise pour moi, et me réconcilie avec la voix gracile et la sensibilité de la dame.

Site officiel

Paroles de l’album

Charlotte Gainsbourg : Deadly valentine

Charlotte Gainsbourg : Ring-a-ring o’roses

Charlotte Gainsbourg : Rest

Related Posts

  • 10000
    Troublé par la puissance du single « The Songs That We Sing », sa basse fretless, ses cordes voluptueuses, je me jette à corps perdu sur Charlotte Gainsbourg, ou plutôt sur "5:55", l'album de la demoiselle, sur qui je n'aurais pas misé un kopeck il y a de ça quelques…
  • 10000
    En 2015, je vous faisais (re)découvrir un disque de 2009 de ce suédois qui me tenait à cœur. Aujourd’hui, je suis enfin à jour avec la discographie du bonhomme avec ce sixième album qui vient de sortir. On y retrouve la voix émouvante qui tisse des mélodies claires-obscures, et ces…
  • 10000
    Nous vivons dans une époque grave, semble-t-il, qui incite plus au repli sur soi qu’à l’exubérance. C’est vrai quoi, combien de Carlos, de Patrick Sébastien ont éclot ces cinq dernières années ? Cette noirceur relative, le suédois Alexander Sjödin en est le porteur aussi, via son projet pop electro Sailor &…
  • 10000
    Si « Eyelid movies » avait fait naître des espoirs fous pour ce duo new-yorkais, le deuxième album « Voices » avait tôt fait de les brider, trop englué dans une voie médiane entre renouveau et pistage des anciennes traces. Heureusement, c'est à un groupe ressoudé et réaffirmé que nous avons affaire aujourd'hui. Un…
  • 10000
    Banks fait partie de cette génération qui se fraie un chemin dans la musique en assumant complètement des influences indie autant que mainstream. En 2014, elle m'avait surpris avec un premier album mixant trip-hop, électro, indie pop et r&b. Deux ans plus tard, je suis curieux de découvrir la suite…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *