CHARLES HOWL : My idol family

Charles Howl est anglais, et je dois dire que ça s’entend immédiatement sur le premier titre de ce deuxième album solo du bassiste des Proper Ornaments. Sa pop rêveuse et légèrement psyché évoque immédiatement la mouvance londonienne, son écriture qui conjugue simplicité et efficacité aussi. « Death of print » n’a aucun mal à nous convaincre des qualités de son auteur, mais ce n’est que le premier d’une longue liste. Impossible de ne pas penser à Lennon ici, et plus le fils que le père d’ailleurs ; « My idol family » partage avec celui-ci un certain goût pour la mélancolie douce. On le parcourt comme un rêve éveillé, un demi-sommeil lors duquel on est bercé par ses propres mouvements, enveloppé d’une chaleur engourdissante. Ni grave ni léger, il se situe vraiment à la frontière de plusieurs univers, mais conserve en tout cas une unité, une ligne rouge sonore entre Sean Lennon, Calc et les très bons nordistes Pink Nicotine en leur temps. Tenir la distance, montrer ses émotions et se permettre quelques sorties du cadre, c’est là le pari risqué mais réussi de Charles Howl sur ce disque. Et c’est un chouette disque, qui aurait certes pu s’attarder un peu plus longtemps mais qui se montre très excitant, drapé dans une simplicité qui n’en a que les apparences.

Site officiel

Charmes Howl : The dinner party

Related Posts

  • 10000
    Huit ans déjà que quelques lillois fans de rock psychédélique, réunis sous la bannière de Pink Nicotine, traversent la région de long en large pour faire découvrir leur musique onirique et planante. Mais voilà, cela pourrait bien s'arrêter ici. Non, le groupe ne se sépare pas ; il a tout…
  • 10000
    My Autumn Empire, c'est Benjamin Thomas Holton. Et Benjamin, ce qu'il aime, c'est la musique qui fait rêver. Non, on ne parle pas de trance, mais on est bien en revanche en terrain progressif. Du progressif contenu, délimité par les frontières d'une folk intimiste et mélancolique, mais du progressif quand…
  • 10000
    Perdus de vue quelques années, les lillois de We Are Toxic (dont certains officiaient auparavant dans le non moins génial Pink Nicotine) ont sorti en 2013 cet album toujours nourri de rock progressif et psychédélique, aux titres plus courts et percutants, mais gardant toujours cette couleur 70's sans que l'ensemble…
  • 10000
    Aucune idée du parcours qu'a parcouru jusqu'ici Cullen Omori. Google me souffle un nom de groupe ; Smith Westerns. Ben ça m'avance pas beaucoup. Je vais donc y aller à tâtons. « No big deal » a beau débuter par un gimmick electro, il repart très vite en territoire pop. La voix androgyne…
  • 10000
    L'année dernière, je vous avais présenté ce canadien oeuvrant dans ce qu'il est convenu d'appeler tout simplement la pop. Alors oui, j'avais vu venir un disque de la trempe de « The party », bourré de chansons aux mélodies extrêmement classiques mais d'une classe beatlesienne. On se situe bien toujours en pleine…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *