CASEY : Libérez la bête

casey libérez

L’artwork de ce nouvel et deuxième album de Casey, fine plume du hip-hop dont les fréquentations parlent pour elle (La Rumeur, Serge Teyssot-Gay), est peuplé de saleté, de noirceur, de chaînes et de cassures, tout comme son verbe et sa musique. Pas d’échappatoire : la demoiselle est plus virulente et plus noire que l’ensemble de ses collègues masculins, et tape là où ça fait du bien. Hardcore, certainement, mais pas de la manière dont on l’entend habituellement. Ici chaque mot est pesé, chaque rime calculée ; jamais les mots ne trahissent l’idée, et jamais l’idée n’est trahie par un manque de vocabulaire, l’incompréhension d’une règle de grammaire, une approximation involontaire. Le message ne peut être partagé s’il n’est pas compris par tous. Casey ne fait pas dans le rap de banlieusard ; si elle affirme pratiquer du rap de « fils d’immigré », c’est dans un français parfait ou rien. La méthode, l’exigence, c’est ce qui la démarque de l’engeance. Le flow erratique, le mot élastique, c’est ce qui la rend unique. Un phrasé particulier habillé d’ambiances crépusculaires plus que guerrières ; car son timbre suffit largement à oblitérer toute velléité de résistance. Et la tendresse, bordel ? Elle est absente du tableau, pour sûr : douleur et rancœur ont pris sa place, à part peut-être sur « Rêves illimités » ou l’adulte aigri redevient enfant, le temps d’une page noircie… Le reste est sans concession ; Casey écrit avec son sang, le cœur sorti de la poitrine pour vérifier qu’il bat toujours. On pourra reprocher à ce nouveau pamphlet ses attaques systématiques et répétées envers le racisme ; un acharnement qui pourrait paraître au mieux lourd, au pire douteux (si le racisme quotidien est une tare, l’exhumation du passé colonial est un cliché un peu encombrant…). Mais ce n’est qu’un détail (de l’histoire de Casey, pas de l’histoire de France !), et ce deuxième album est tout de même une grande réussite.

Paroles de l’album

Site officiel

Casey : Créature ratée

Casey : Apprends à t’taire !

Related Posts

  • 87
    Duo américain débarqué comme un buffle dans un épisode de Star Trek, Phantogram cultive le mystère ; tout au plus sait-on que Serge Gainsbourg est pour eux une référence. Maigre cueillette, d'autant plus que les traces de l'homme à tête de chou sont ici inexistantes ! Il est plutôt question…
    Tags: de, un
  • 86
    Un nouvel album des australiens après huit ans de silence, c'est forcément un évènement, même si on sait déjà ce qu'on va y trouver ; du hard rock groovy et efficace, des grattes dans tous les coins, le chant si particulier de Brian Johnson. De quoi contenter la horde de…
    Tags: de, un
  • 85
    Il est toujours très difficile de chroniquer le nouvel album d'un groupe lorsque les précédents vous ont copieusement ennuyé. Il faut dire déjà que le groupe de Kevin Hufnagel ne joue pas la facilité : entièrement instrumental, hyper-technique, mélangeant les genres tout en restant metal jusqu'au bout des ongles, affectionnant…
    Tags: de, un
  • 85
    AFX, kézako ? Et bien tout simplement une identité alternative de Richard D. James, alias Aphex Twin, utilisée ces derniers temps pour sortir en douce des morceaux inédits en cd. Et ce «  Chosen Lords  » n'est rien d'autre qu'une compilation de ses meilleurs travaux sortis sous le nom de…
    Tags: de, un
  • 82
    Elliott Smith nous a quitté depuis quatre ans maintenant, et on en finit plus d'exhumer son cadavre et de l'agiter comme une marionnette pour glaner quelques dollars de plus. Ainsi nous donne-t-on ce "New Moon" en pâture, double-cd bourré d'inédits et de titres rares. Soit 24 titres qui nous replongent…
    Tags: de, un

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *