CADILLAC : Originul

Cadillac, c’est l’un des éminents membres du Stupeflip crou, l’increvable bande d’énergumènes venus violenter le rap, le punk et la musique indie il y a presque vingt ans. Cadillac est donc le premier à échapper à la vigilance de King Ju qui, pas chien, vient poser des rimes sur deux titres. Sans surprises, on retrouve ici l’univers du crou ; rap punky (pour ceux qui ne le sauraient pas, Cadillac, dans le groupe, c’est celui qui gueule), influences pop eighties, paroles non-sensiques, cynisme, références pop culture et provocations gratuites (ou pas, d’ailleurs). Et pour tout dire, ce disque me satisfait bien plus que les dernières œuvres du Stup. Cadillac commence très fort avec « Game over », véritable hymne, imparable titre qui remplit le cahier des charges à 100 %, à la fois vénère, portnawak et sombre. Peut-être le plus efficace, mais pas le seul qui vaille la peine d’être découvert. On peut citer « Débile » (où tout le crou est là, du coup la différence avec un titre de Stupeflip est plus que floue »), l’excellente « L’humour fou », « C guignol », « Arkboot », « Mécanique », « Ego slave » (encore avec King Ju), « Rétroviseur » et « SPDC ». Ce qui est plutôt pas mal. On écartera le final « X », qui comme le dit si bien Cadillac, est « interminable » (faute avouée à moitié pardonnée). De là à penser qu’on y a gagné au change par rapport à Stupeflip, il y a un pas que je ne suis pas loin de franchir. En tout cas, il s’agit sans doute d’une belle surprise !

Site officiel

Paroles de l’album

Cadillac : Game over

Related Posts

  • 10000
    Six ans après un deuxième album remarquable qui pourtant les a amené directement à la case autoproduction, les malades de Stupeflip nous reviennent avec une nouvelle offrande. On retrouve dès « Invasion » cet univers si particulier qui nous avait séduit, ce grand écart entre rébellion, cynisme, n'importe quoi total et premier…
  • 10000
    Ceux qui ont cru que le duo déglingo Schlaasss s'était calmé à la suite de leur très réussi teaser déguisé (un canular qui a bourré le mou aux plus crédules, pipeautant qu'ils avaient signé chez Sony et du coup s'étaient prostitués musicalement) en seront pour leur frais. Schlaasss est toujours…
  • 10000
    Affreux, sales et méchants, les stéphanois avaient titillé ma curiosité en 2014 avec un premier ep bien vicieux. Même pas un an plus tard, les revoilà avec un long toujours aussi violent et outrancier, où ils reprennent d'ailleurs « Salope », peut-être leur titre le plus marquant. En 14 titres et 3…
  • 10000
    Ok, j'avoue, comme tous les autres, je n'ai pas trop prêté attention à la carrière de Disiz la Peste, pas vu en lui autre chose qu'un rappeur d'abord amuseur public avec son single rigolo ("J'pête les plombs") qui a tôt fait de se retrouver piégé par l'image qu'il s'est créé,…
  • 10000
    Dookoom s’est depuis ses débuts fait le chantre d’une trap / electro punk / hip-hop brutale, sombre et frontale, une musique de francs-tireurs et activistes d’Afrique du Sud autant que de bad guys qu’on aimerait pas croiser dans une ruelle sombre de Cape Town. Selon le label, si Dookoom se…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *