BUSTA RHYMES : Genesis

busta-rhymes-genesis

L’homme qui rappe plus vite que son ombre, le flow le plus rapide de ce côté-ci du système solaire nous revient en grande forme et toujours pas calmé. C’est toujours un plaisir de retrouver Busta Rhymes, son univers musical fantasque et bigarré aux structures d’architecte équilibriste et son flow reconnaissable entre mille. Véritable pendant masculin de Missy Elliott (ce pour être galant, car chronologiquement c’est plutôt le contraire…), le sieur Busta s’y entend pour dénicher des trouvailles sonores et verbales et donner à son style de nouvelles teintes, et plus généralement faire évoluer l’entité hip-hop toute entière vers des sphères où l’imagination, la créativité prennent le pas sur l’uniformité ou le plagiat sans âme. Oui, enfin on peut toujours rêver ! Mais une fois de plus, le temps d’un album (soit ici quelques 70 minutes), on est tenu en haleine et on tape du pied au rythme des marches psychotiques orchestrées par la voix de l’ancien enfant terrible des Leaders Of The New School, monsieur loyal de la rime et narrateur / conteur / acteur d’exception. Que dire de plus ? Woo-Hah !

Paroles de l’album

Site officiel

Busta Rhymes : Breck ya neck

Busta Rhymes : Pass the courvoisier

Related Posts

  • 70
    Les deux premiers (et ultimes) albums de Programme, "Mon Cerveau dans ma bouche" et "L'enfer tiède", avaient poussé encore un peu plus loin le son et l'univers de Diabologum. Jusqu'au point de non-retour ? C'est ce que doivent penser Arnaud Michniak et Damien Bétous, de nouveau collègues de déconstruction sonore…
    Tags: de, c'est, plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *