BROCKHAMPTON : Saturation

Quand on vieillit, on ne comprend pas toujours les plus jeunes, c’est un fait. Il y a à ça plusieurs façons de réagir ; 1/ la peur et la fuite 2/ l’intérêt et la discussion 3/ l’incompréhension fascinée. Aujourd’hui, on va expérimenter celle-ci, tiens. Averti de la folie de cet autoproclamé « boy’s band » par un contact-tête chercheuse de génie, je me prends l’introductif « Heat » en pleine poire. Et paf, clafouti. Une basse synthétique bien grasse, un feeling très Wu-Tang première période (on est pas loin de l’uppercut de « Bring da ruckus » et de l’hystérie du regretté ODB). Et puis « Gold » déboule, beaucoup plus posée et mellow, mais tout aussi agréable. « Star » repart faire un tour du côté obscur, « Boys » nous fait le coup du refrain entêtant en diable, c’est presque un sans faute. « 2Pac » fait redescendre la pression, un peu trop d’ailleurs, mais après un intermède, la cool « Fake » relance la machine avec une nonchalance presque énervante et une touche féminine bienvenue. Ce côté « jeune branleur », c’est ce qui peut provoquer le rejet chez l’auditeur. Le groupe en use et en abuse, c’est même sa marque de fabrique. Oh, bien sûr, il fait preuve d’une habileté certaine pour accoucher de gimmicks percutants, d’ingéniosité pour le placement de voix (ils sont sept à se partager le micro, ça ouvre des possibilités). Mais ce « Saturation » ne me convainc pas complètement ; j’aime son côté trap, sombre, un peu dingue, mais ses aspects les plus légers et poppy ont tendance à éveiller ma narcolepsie, sauf peut-être le final « Waste » qui me rappelle le Lenny Kravitz de « Stand by my woman ». Bref, Brockhampton a un potentiel de dingue qu’il noie un peu trop dans le miel pour mon goût. Reste que les réussites de ce disque éclipsent pour moi ses défauts, opportunément concentrés sur sa deuxième partie. A suivre…

Site officiel

Paroles de l’album

Brockhampton : Heat

Brockhampton : Star

Related Posts

  • 10000
    Le duo le plus frappé du continent africain daigne descendre de son trône de chtarbitude pour se mêler à la plèbe, et l'abreuver de hip hop electro fusion inventif, sale et tellement personnel. Oui, mais. Die Antwoord a vu ces derniers mois, ces dernières années, d'autres que lui arpenter les…
  • 10000
    Impossible d'écouter tout ce qui sort : je suis donc passé totalement à côté du premier Run The Jewels, projet que j'aurai pourtant du pister puisque j'aime généralement tout ce que peut proposer El-P. D'autant plus que ce nouveau-né indie rap pourrait aussi me permettre de combler mes lacunes :…
  • 10000
    C'est de plus en plus rare que je m'aventure en territoire rap us. Un peu par flemme de chercher, et pas mal par difficulté à trouver un univers original qui me tire de la torpeur où une horde de formations uniformisées m'ont plongé. Je ne vais pas vous dire que…
  • 10000
    Dookoom, c'est le genre de formation que l'on ne découvre pas par hasard. Le premier ep de la formation sud africaine a atterri dans ces pages grâce à une recommandation de label. « Silbi dog » m'a à la fois surpris et décontenancé. On m'avait donné Die Antwoord et le trap comme…
  • 10000
    Entre Odezenne et Franky Vincent, il n'y a qu'un pas. Ou plutôt 3 lettres, et une orthographe approximative. Car j'ai, comme beaucoup, découvert Odezenne avec leur bluffant « Tu pu du cu », mitraillant les rimes et les jeux de mots comme jamais ou rarement en territoire français. Loin d'être un adepte…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *