BROCKHAMPTON : Saturation III

Il y a quelques mois, je m’extasiais devant le volume 1 des aventures de ce collectif hip-hop de San Marcos, Texas. Dans celui-ci, on trouvait des titres à la force de frappe colossale, et d’autres qui sentaient le réchauffé ; mais en tout cas, le potentiel était là, rare et impressionnant pour un collectif si jeune. Aujourd’hui le combo sort un troisième opus en moins de six mois : mais comment font-ils ? Certes, comme précédemment, les mc’s sont légion et les titres sont assez inégaux au sein d’un même essai, mais quand même : sur 15 nouveaux titres (dont trois interludes, ok) on trouve une foule de candidats au podium du coup de coeur. Le single « Boogie » et ses côtés de gros classique oldie commence d’ailleurs très fort. Mais il est suivi de très près par « Zipper », « Liquid » (qui va quand même un peu trop chasser sur les plates-bandes des précédents), « Stupid », « Alaska », « Hottie » et le final « Team » qui, comme « Summer » sur II et « Waste » sur I, se la joue rock seventies à la Lenny Kravitz. Soit, comme d’hab’, une bonne moitié du disque, le reste tissant des liens entre les ambiances ou au contraire nageant à contre-courant en exploitant le côté r&b moderne de l’escouade de Kevin Abstract.

Décidément, Brockhampton se pose en valeur sûre du hip-hop contemporain, prenant un malin plaisir à saturer le paysage musical en ne laissant pas ses concurrents sortir le flow hors de la boue. Et il ne semble pas prêt de s’arrêter ; le collectif a prévu de sortir un quatrième album en 2018. Certes, je pourrais me montrer alarmiste en affirmant qu’à ce rythme, ils s’épuisera bien vite, mais est-ce bien raisonnable ? Brockhampton a prouvé qu’il savait gérer des délais ridicules, alors laissons-le faire ce qu’il fait bien et carpe diem !

Paroles de l’album

Site officiel

Brockhampton : Boogie

Brockhampton : Rental

Related Posts

  • 10000
    Quand on vieillit, on ne comprend pas toujours les plus jeunes, c’est un fait. Il y a à ça plusieurs façons de réagir ; 1/ la peur et la fuite 2/ l’intérêt et la discussion 3/ l’incompréhension fascinée. Aujourd’hui, on va expérimenter celle-ci, tiens. Averti de la folie de cet autoproclamé…
  • 10000
    Fans de hip hop indépendant US, restez connectés. Loin des Puff, Eminem ou Snoop, le barbu Sage Francis rencontre Joe Beats pour ce premier essai largement transformé de leur entité Non Prophets. Groovy et sombre, l'art du duo se rapproche parfois de De La Soul ou de séances de slam…
  • 10000
    C'est de plus en plus rare que je m'aventure en territoire rap us. Un peu par flemme de chercher, et pas mal par difficulté à trouver un univers original qui me tire de la torpeur où une horde de formations uniformisées m'ont plongé. Je ne vais pas vous dire que…
  • 10000
    Eh oui, moi aussi j'ai craqué. Mais bon, en même temps, comment résister ? Trois têtes chercheuses de la musique qui s'unissent sur l'un des labels qui transpire le plus la créativité débridée pour proposer une musique forcément hybride entre hip hop, pop et rock fusion... De quoi donner le tournis…
  • 10000
    Occuppant une place à part dans le milieu hip-hop indé américain, autant par sa propension à proposer des pièces instrumentales assez tordues, porteuses de guerres intestines entre plusieurs genres musicaux affectionnés par l'artiste (jazz, abstract hip-hop, electro, rock indé), que par un phrasé pouvant s'avérer cool, chanté ou d'une rapidité…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *