BOHREN & DER CLUB OF GORE : Patchouli blue

20 ans que le quatuor allemand étire les textures de son smooth jazz doomisant. Oui, je sais, ça fait un peu plus longtemps que la formation existe, mais au départ, les influences metal étaient encore bien présentes. Depuis, c’est clairement l’influence d’Angelo Badalamenti qui prime et guide l’auditeur dans un monde étrange, sombre, relaxant et angoissant à la fois, où la sensualité d’un saxo glissant le long de notes de contrebasse semées avec parcimonie nous emmène dans une torpeur gothique. Pas trop de surprises avec « Patchouli blue », dixième album du quatuor, qui malgré un titre assez inhabituel et une pochette kaléidoscopique, n’a pas grand-chose de psychédélique. Peut-être des volutes de fumées moins épaisses, des structures et thèmes plus proches du jazz « classique » sont-elles à l’oeuvre sur quelques titres (pas ceux que je préfère d’ailleurs…), mais l’essentiel de l’album reste en droite lignée de ce que vous connaissez déjà si vous êtes familiers de Bohren. Est-ce une mauvaise chose ? Que nenni, car quoi qu’il en soit, chaque disque de cette formation (ou presque) reste un délicieux alibi pour fermer les yeux une bonne heure et faire un (bad) trip dans notre inconscient, perdus entre fantasme et paranoïa, entourés de situations surréalistes et fantastiques. Et concrètement, « Patchouli blue » est peut-être malgré quelques titres un peu moins dark, l’un des meilleurs Bohren sortis depuis un moment. Adopté !

Facebook

Instagram

Related Posts

  • 10000
    Huitième album pour Bohren et son club funèbre. Si le genre développé peut surprendre le promeneur du dimanche, ceux qui ont déjà rencontrés les allemands savent à quoi s'attendre ici : de longs titres, à la fois sombres et paresseux, égrainant les notes doucement, les laissant résonner dans la nuit.…
  • 10000
    L'occasion de découvrir une nouvelle formation de dark jazz ne se présente pas tous les jours. Pour tout dire, à part Bohren & der Club Of Gore et The Kilimandjaro Darkjazz Ensemble, je ne connais aucun autre prétendant au trône d'hériter d'Angelo Badalamenti. Pour ceux qui ne seraient pas au…
  • 10000
    Il y a quelques années, je faisais connaissance avec le dark jazz. D’abord avec Bohren & Der Club Of Gore bien sûr, puis avec d’autres joyeusetés, dont Dale Cooper Quartet et...The Kilimandjaro Darkjazz Ensemble. Jason Kohnen, l’un des fondateurs du groupe, a récemment décidé de créer une nouvelle forme musicale.…
  • 10000
    Si l'ukrainien White Ward s'était pointé comme un bon gros pudding sur un gâteau à la crème en 2017, cette-fois il ne me cueillera pas de la même façon, je suis préparé. Au pire. J'espère bien que non. « Futility report » montrait des capacités et un potentiel assez vertigineux. White Ward…
  • 10000
    C'est le moment d'éloigner les personnes sensibles des enceintes, mesdames et messieurs. Car Pleiadees est un projet parallèle de Massimo Pupillo de Zu (dont vous avez peut-être raté la chronique de « Jhator » dans les pages d'AUD?). Et s'il est décrit comme du dark jazz, ceux qui se sont déjà confronté…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *