BLONDE REDHEAD : Penny Sparkle

blonde redhead penny

Ok, j’avais entendu dire que ce nouveau Blonde Redhead serait différent, mais là, je suis servi. Moi qui avais découvert le groupe sur le tard mais m’était replongé avec bonheur dans sa discographie, passant de la période bruitiste à celle plus raffinée des derniers albums, j’avais toujours trouvé des éléments très solides auxquels me raccrocher : les mélodies, le chant hypnotique, la mélancolie qui s’insinue dans les chansons du groupe comme un poison lent et délicieux… Alors aujourd’hui, de quoi je me plains ? Les mélodies sont là, mais peut-être moins puissantes que par le passé. Les voix aussi. La mélancolie ne quitte pas les new yorkais. Mais on a tout de même l’impression de ne plus avoir affaire au même groupe. Car « Penny Sparkle » verse clairement dans l’electro-pop rêveuse, avec une option trip hop / ambiant assumée. Tout aussi gris et désenchanté, l’univers de Blonde Redhead avance masqué de douceur, habillé d’une production résolument moderne, et prodiguant encore plus de caresses vénéneuse à qui veut bien l’approcher. Un choix qui aura certainement du mal à être compris et accepté par les fans, tant il transforme le son du groupe. Pourtant, les membres sont les mêmes, et si la forme change, le fond reste le même ; il ne s’agit pas de cacher un manque d’inspiration, mais bien de remettre une fois de plus en question ses habitudes. Au final, un disque peut-être un peu trop calme à mon goût, qui n’arrangera pas l’opinion que certains ont du groupe (qu’ils pourront ici plus qu’ailleurs qualifier de « soporifique »), mais qui n’en reste pas moins une réussite.

Paroles de l’album

Site officiel

Blonde Redhead : Not getting there

Related Posts

  • 79
    On le sait, pour un groupe, chaque album est meilleur que le précédent, c'est une loi sacrée, une vérité absolue, qui va au-delà de toute subjectivité ou évidence. Pour faire passer le message, l'artiste a, tout comme le journaliste (ou assimilé) tout un panel de mots et d'expressions à sa…
    Tags: de, un, à, plus, groupe, une, ne
  • 77
    Puressence est une formation anglaise qui pratique une pop indé assez mélancolique et poignante, avec la particularité de comporter un chanteur à la voix très androgyne (pour tout dire, j'ai longtemps cru qu'il s'agissait d'une chanteuse). Et l'air de rien, c'est un groupe qui vient d'atteindre ses 19 ans de…
    Tags: de, un, plus, une, à
  • 76
    Je n'ai jamais perdu de vue les autrichiens de Dornenreich, l'une des rares figures de la petite famille du post black metal à perdurer bon an mal an depuis 1996, sortant des albums pas toujours très réussis certes, mais gardant une liberté artistique totale, et explorant le spectre musical au…
    Tags: de, une, à, groupe, plus, un
  • 76
    Retour sur le devant de la scène pour l'un des groupes les plus anciens et influents du côté obscur de la scène électro. 23 ans de carrière, ce n'est pas rien, surtout en pratiquant un genre tout de même assez étriqué, j'ai nommé l'electro-dark. Bien sûr, on pourra avancer que…
    Tags: de, à, un, même, plus, groupe
  • 74
    Garbage est pour moi un groupe représentatif des 90's. Un groupe que je n'ai d'ailleurs plus écouté depuis cette période où je sortais de l'adolescence pour entrer dans un âge adulte mi fantasmé mi redouté. Si le premier album du groupe m'avait paru excellent à l'époque, je ne peux m'empêcher…
    Tags: de, un, groupe, à, plus, ne

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *