BLONDE REDHEAD : Misery is a butterfly

blonderedhead_misery

Ma première rencontre avec les New-Yorkais de Blonde Redhead fut décisive. Je ne me souviens plus par quel biais je fis connaissance avec ce « Misery is a butterfly » qui devait marquer le passage du trio vers une musique plus posée et ambiancée, mais je me souviens du choc que fut sa découverte. Alchimie fragile entre pop orchestrale vintage et esthétisme rock indépendant, ce sixième album dévoile encore plus toute la sensibilité et la mélancolie d’une formation décidément hors normes. Exit donc les guitares (elles se font du moins très discrètes ici), et bonjour les morceaux plus aérés, dont l’écrin n’est plus assuré par les larsens et décibels, mais par les synthés, machines et cordes. Les onze titres de ce disque donnent la sensation d’écouter un Gainsbourg des nineties  ; soyeuse, profondément mélancolique, légèrement inquiétante, belle, poétique, leur musique berce l’auditeur, l’anesthésie, l’amène au-dessus des nuages pour mieux contempler le spectacle désolant de ce monde. Les voix d’Amedeo et de Kazu se croisent et se répondent, à la fois similaires et complémentaires. Difficile de trouver un point faible à ce magnifique album, bien que d’aucuns lui reprochent un aspect répétitif. Il s’agit pour moi d’un mètre-étalon, aussi bien pour la suite de la carrière du groupe que pour l’univers pop indé dans son ensemble. Indispensable !

Site officiel

Paroles de l’album

Blonde Redhead : Melody

Related Posts

  • 10000
    On se rendait bien compte, depuis "23", que la musique de Blonde Redhead s'éloignait ostensiblement de la luxuriance du superbe "Misery is a butterfly" pour aller vers toujours plus de simplicité et moins de rock. C'est chose confirmée sur ce "Barragan" qui pousse la logique à l'extrême, puisque les chansons…
  • 10000
    Ok, j'avais entendu dire que ce nouveau Blonde Redhead serait différent, mais là, je suis servi. Moi qui avais découvert le groupe sur le tard mais m'était replongé avec bonheur dans sa discographie, passant de la période bruitiste à celle plus raffinée des derniers albums, j'avais toujours trouvé des éléments…
  • 10000
    Trois ans après le magnifique "Misery Is A Butterfly", les new-yorkais de Blonde Redhead continuent sur leur lancée avec un album tout aussi mélodique et mélancolique, mais qui cette fois présente des titres un peu plus pêchus rythmiquement parlant, et majoritairement chantés par Kazu (sept sur dix). Incontestablement moins intimiste…
  • 10000
    Troublé par la puissance du single « The Songs That We Sing », sa basse fretless, ses cordes voluptueuses, je me jette à corps perdu sur Charlotte Gainsbourg, ou plutôt sur "5:55", l'album de la demoiselle, sur qui je n'aurais pas misé un kopeck il y a de ça quelques…
  • 10000
    Le retour de la voix ténébreuse de Stuart Staples va réveiller les morts ! Tindersticks est passé de l’autre côté du miroir et donne carrément dans la powerpop musclée ! Ok, c’est pas très crédible. Tindersticks fait et fera toujours du Tindersticks (sans que cela ait quoi que ce soit…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *