BIG THIEF : U.F.O.F.

En 2016, « Masterpiece » arrivait sur ma platine sans s’annoncer. Je l’accueillais sans me méfier, et sans en attendre plus que ce qu’il avait l’air d’être ; un sympathique petit disque indie rock convenu mais récréatif. Et puis, hop, sans être une révélation, il s’est révélé être un peu plus que ça. Plus ou différent en tout cas. En 2017, « Capacity » ne m’a même pas effleuré ; il est passé, littéralement, à des milliers de kilomètres. Alors ce disque au nom évoquant les extraterrestres ne devait pas m’échapper à son tour. Besoin de légèreté, de choses cool, directes et sans prise de tête. Et vous savez quoi ? C’est exactement ce que je trouve ici. « U.F.O.F. » n’est pas une tuerie sans nom, pas un blockbuster rempli de tubes. Mais c’est un très bon disque. Les défauts, le côté brouillon du groupe ont été gommés, lissés, mais on en perçoit encore les traces, et c’est tant mieux. Entre indie pop, rock alternatif sans les décibels et folk pop, les douze titres de ce troisième album imposent tranquillement leur évidence. Leur musicalité un peu feutrée, leur sobriété pop timide, leur douceur fragile est une force. On se laisse bercer, on est embarqué, mais on ne part pas en voyage ; Big Thief nous installe confortablement dans un hamac et nous ballotte doucement au gré d’une brise délicate, un vent chaud caressant nos tempes. Alors ok, on ne tient pas le disque de l’année, mais son écoute est une bulle de plaisir simple.

Facebook

Instagram

Paroles de l’album

Related Posts

  • 82
    Avec le nom rigolo de son géniteur, sa pochette anti-commerciale et son titre décalé, « Masterpiece » a tout de l'archétype du disque indie rock ricain. Et c'est effectivement ce qu'il est. Mais là où je m'attendais à un énième adorateur du dieu nineties, guitares braillardes et chant détaché en bandoulière, ne…
    Tags: masterpiece, plus, thief, a, indie, rock, pop, big, se, douceur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *