BEYOND CREATION : Algorythm

Quand on a fait un carton avec ses premières sorties, et qu’on a ses billes dans le milieu depuis un moment, on sait que le troisième album est une étape cruciale du développement d’un groupe. Une étape qui cimente ou fait voler en éclat sa relation avec les fans. Beyond Creation est une formation québecoise qui a choisi de s’exprimer au travers d’un death progressif et technique. Un style très en vogue où les places sont chères ; raison de plus pour soigner ses sorties. Et c’est ce qu’il a fait. Quatre ans de gestation et un changement de bassiste, ça laisse des traces sur une œuvre de la dimension de cet « Algorythm ». Bien sür, on y retrouve des éléments déjà connus. Tout débute par un «Disenthrall » introductif, majestueux et inquiétant. Ensuite, on découvre une foule de titres qui ne joue pas la surenchère dans la violence ou la technicité. Hugo Doyon, le nouveau bassiste, est vraiment impressionnant, et sa basse fretless est juste délicieuse. La plupart des titres sont mid-tempo, traversés de soli magnifiques, et démontrent sans mal le feeling de tous les musiciens et du vocaliste, qui ont toujours le bon goût de ne pas trop en faire. Et autant j’adore en prendre plein les esgourdes, des riffs dans tous les coins, des breaks à n’en plus finir et des accélérations supersoniques, mais un peu de sobriété, ça fait du bien aussi. Et c’est probablement la marque de fabrique du combo, et sa façon de sortir son épingle du jeu. Ce qu’il parvient à faire ici avec brio. « Algorythm » est plus insidieux que ses collègues, moins tape-à-l’œil, mais n’en est pas moins excellent. Et on a envie de s’y replonger directement !

Site officiel

Paroles de l’album

Beyond Creation : The inversion

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *