BENEATH THE MASSACRE : Fearmonger

Je ne sais pas ce que je faisais il y a huit ans, mais je sais ce que je ne faisais pas ; je n’étais pas du tout en train d’écouter le troisième album des québecois de Beneath The Massacre. Je ne sais pas si, d’ailleurs, je dois m’en réjouir ou le regretter. Non pas que j’émette des réserve concernant ses qualités, mais sa non-découverte m’a au moins permis de ne pas voir le groupe arriver, et me prendre « Fearmonger » et ses trente minutes bien en travers de la tronche. Difficile de l’analyser autrement ; je viens de me faire terrasser par le death metal hyper brutal, hyper technique et hyper rapide de Beneath The Massacre. Et ce disque permet de relativiser la question du temps. Certes, trente minutes, c’est court, mais là, c’est tellement riche que c’est finalement bien assez. D’ailleurs, une fois l’écoute terminée, il est difficile de concevoir avoir tout saisi à ce monstre. Pourtant, le gang a l’intelligence de toujours rester mélodique le long des 10 titres de « Fearmonger » : le travail de Christopher Bradley à la gratte est vraiment impressionnant. Alors bien sûr, le novice n’y verra peut-être que de la bastonnade non-stop, mais non ; les gars de Sainte Catherine aménagent ça et là des pauses, des ralentissements, de breaks, intros, outros, bref tout ce qu’il faut pour faciliter la digestion des millions de notes qu’ils nous assènent. N’allez pas croire non plus que les autres zicos sont en reste ; pour bien fonctionner, un album de ce type nécessite une synergie de tous les instants, et que chaque protagoniste tienne sa place à la perfection. Le nouveau batteur est à ce titre exemplaire ; on a du mal à croire qu’il ne s’agit pas d’une programmation tellement il est rapide et précis. On entend hélas un peu moins la basse, et le chant est plutôt classique, mais ils contribuent à ne jamais laisser passer une demi-seconde d’ennui. Certains passages auraient gagné à être un poil plus épurés, ou plus progressifs, mais c’est vraiment à la marge ; l’ensemble est une tuerie.

Facebook

Instagram

Paroles de l’album

Related Posts

  • 10000
    Ce n'est pas ma première rencontre avec Cattle Decapitation. Donc je sais déjà que ces mecs sont géniaux, et qu'en lançant l'écoute d'un de leurs albums, il faut que je m'attende à tout sauf à ce que je pensais y trouver. Enfin, dans une certaine mesure. Je sais que je…
  • 10000
    Ok, ça fait un moment que le nom de Sulphur Aeon est sur ma liste des choses à écouter. Mais tellement de choses sortent, et encore plus en territoire death progressif, que je n’en ai pas eu le loisir. Alors ce nouvel opus est une occasion à ne pas louper.…
  • 10000
    Honte sur moi, je suis totalement passé à côté du premier album d'Obscura, pourtant (apparemment) un chef d'œuvre de death progressif, encensé par la presse internationale. Il faut dire qu'en terme de metal extrême, ce n'est pas vers l'Allemagne que se tourne le plus souvent mon regard. Bref, trêve de…
  • 10000
    Je ne vais même pas m’esquinter à cacher ma joie de retrouver les excellents Obscura à l’occasion de la sortie de leur quatrième album, qui pour préciser clôt un cycle thématique pour les allemands. Bon, vous avez le droit de vous en moquer éperdument pour l’instant, tant cette fin de…
  • 10000
    En 2015, « Soul sphere » m'avait à la fois rassuré sur la capacité du groupe à rebondir, se renouveler. Bon, bien sûr, il m'avait aussi fait entrevoir comment ça pourrait tourner si le groupe avait quelques mauvaises idées. Heureusement, celles-ci ont totalement disparu sur ce nouvel ep, plus brutal, sorte de…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *