BARONESS : Blue Record

baroness blue record

Formé en 2003, Baroness est une formation américaine pratiquant un sludge / stoner / heavy metal déjà largement reconnu hors de nos frontières par le biais de leur premier opus « The Red Album ». On poursuit donc logiquement dans l’évocation des couleurs primaires avec ce deuxième essai. Et pourtant primaires, nos quatre de Savannah ne le sont pas. Si ça tabasse pas mal ici, si c’est heavy, si ça gueule avec application, ce n’est pas gratuit : tout est au service des chansons. Le groupe n’hésite d’ailleurs pas à calmer le jeu comme sur « Steel That Sleeps The Eye », courte et jolie ballade qui introduit la terrible « Swollen and Halo ». La musique de Baroness a ce côté rock n’ roll qui à la fois renforce son originalité et la rend presque intemporelle ; certes, c’est assez extrême, mais dépouillées de leurs oripeaux metal, les douze titres de ce « Blue Record » pourraient être joués par n’importe quel groupe et dans n’importe quel style. Pourtant c’est bien sous la forme que leur ont donné le groupe que ces compositions sont les plus percutantes, grâce notamment à l’incroyable travail des guitaristes, qui font montre d’un réel talent à élaborer des riffs, chorus et soli monumentaux. Monumental, oui c’est le qualificatif qu’on peut raisonnablement donner à ce disque.

Paroles de l’album

 

Site officiel

 

 

Baroness : A horse called Golgotha

Related Posts

  • 10000
    Je ne connaissais pas Baroness avant de chroniquer l'album précédent, "The Blue Record" dans ces mêmes pages que vous tenez fébrilement (laissez-moi rêver un peu !). Mais ce fut une expérience renversante pour moi ; celle de découvrir un groupe intelligent, créatif, heavy et accessible, exauçant mes vœux inavoués de…
  • 10000
    "The hunter" marquait une évolution dans la musique de Mastodon, vers, il faut bien le dire, un son plus "actuel" et grand public, y perdant pas mal de personnalité au profit d'une efficacité que je ne remettrais pas en question. "Once more round the sun" en remet une couche. Mais…
  • 10000
    Ce n'est pas toujours le cas, mais là il faut bien le reconnaître, rarement nom de groupe et pochette d'album n'auront été tant complémentaires pour renseigner le pauvre ignare que je suis sur le contenu de ce "CVI" (soit 106... c'est clair que niveau indices, on repassera de ce côté-là…
  • 10000
    Troisième album pour les soifards de Red Fang, qui dès les premières notes de "whales And Leeches", se positionne comme l'antithèse des formations sludgecore stoner aux riffs alambiqués et aux ambitoins progressives. In your face, c'est l'expression adéquate. Oh, quelques titres essaient bien de nous faire changer d'avis ("Dawn Rising",…
  • 10000
    Depuis ses débuts, Black Tusk n'a jamais brillé par son génie. Elève appliqué, il se contente d'utiliser des formules déjà élaborées et éprouvées par d'autres. Des riffs massifs et groovy, une voix bien rocailleuse, une rythmique de plomb, tout comme le voisin. Mais l'imagination en moins... Sur ces six titres,…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *