BAL-SAGOTH : The Chtonic Chronicles

bal sagoth chtonic

Tout commence par une pièce ample, épique et classieuse, même si un peu trop longue. Et puis arrive le deuxième titre, tout de black sympho vêtu, avec une légère pointe de folk, tout aussi épique, riche en narrations et osant quelques harmonies hors-normes. Et là votre serviteur se dit qu’il aurait peut-être mieux fait de garder un œil sur la formation anglaise après le premier et un peu poussif « A Black Moon Broods Over Lemuria ». Parce que même si Bal-Sagoth n’a pas encore la classe d’un Cradle Of Filth ou le talent monstrueux d’un Dimmu Borgir, il déploie suffisamment d’adresse et de savoir-faire pour se faire une place de choix juste derrière les maîtres. Plus progressif que son voisin britannique, plus cinématographique que son concurrent norvégien, le combo a vraiment trouvé sa place. Les titres passent, accrochent l’oreille et ne se ressemblent pas, les interludes instrumentaux sont vraiment réussis, et l’album se termine sur une pointe de mystère avec un « Return To Hatheg-Kla » étrange et spatial, qui laisse entrevoir bien d’autres aventures passionnantes pour nos voyageurs de l’extrême…

Paroles de l’album

 

Site officiel

 

 

Related Posts

  • 10000
    Parler de black metal anglais paraissait jusqu'en 1994 assez ridicule. Bon, ok, il y avait eu Venom, mais la genèse (et le fut-elle vraiment ?) du genre était bien lointaine, et depuis la scandinavie avait repris le flambeau, et transformé celui-ci en grand brasier, troquant le satanisme de pacotille contre…
  • 10000
    Aussi précis qu'une horloge Suisse, Cradle Of Filth nous livre son nouveau recueil de blasphèmes, avec peu ou prou la même formule ; parties orchestrales grandiloquentes en mid-tempo, explosions de violence et passages très ambiancés avec une option sur les narrations diaboliques et/ou terrifiantes. Globalement, on est jamais déçu par…
  • 10000
    Une intro majestueusement sombre et très réussie, un son carré et très propre, et puis, euh, mais...j'ai pas déjà entendu ça quelque part ? En fait, après quelques minutes (mais vraiment peu), je comprends que la question n'est pas où mais quand ; quelque part entre 1999 et 2003, chez Dimmu Borgir.…
  • 10000
    Quand les américains décident de pomper (un peu) la scène black sympho scandinave, cela donne Dragonlord. Si le premier album de la formation, « Rapture », lorgnait déjà bien vers Dimmu Borgir et consorts, celui-ci ne s’en cache plus et assume parfaitement, se privant de la petite part de personnalité qui avait…
  • 10000
    Dans le petit monde du black symphonique, Carach Angrenn s'est forgé une réputation de tueur avec son premier album. Et puis, avec les suivants, la sauce est un peu retombée, même si le groupe n'a pas vraiment démérité. Voilà le groupe revenir avec ce quatrième album mêlant toujours orchestrations grandioses…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *