BADBADNOTGOOD : IV

badbadnotgood_iv

Après un passage remarqué en territoire rap en compagnie de Ghostface Killah, le trio de Toronto Badbadnotgood, désormais quatuor depuis l’intégration du saxophoniste Leland Whitty (déjà bien connu des fans puisque accompagnant le groupe en live depuis ses débuts), revient à ses premières amours jazz. Un jazz dont il revisite ici pas mal de sous-genres, des divagations smooth « habituelles » à des choses plus free, des grooves urbains à des territoires plus denses et en friche, en passant par de vraies chansons empreintes de soul. Je dois bien te l’avouer, cher lecteur, la présence d’un saxo sur la totalité de l’album me filait un peu les miquettes : j’avais tout simplement peur que le résultat ne sonne un peu trop « jazz », que l’instrument se contente de combler un vide potentiel d’une façon très conventionnelle pour le genre. Et je ne suis, à l’issue des 50 minutes de ce quatrième album, que partiellement rassuré. Car oui, le saxo joue le rôle classique d’un saxo dans le genre. Virtuose certes, mais pas plus inventif que ça. Par contre, Badbadnotgood dans son ensemble est toujours aussi exceptionnel, se renouvelant à chaque titre, étonnant et envoûtant son auditoire par son appétit musical insatiable. Bon, ceci dit, ce nouvel opus ne chasse pas tout à fait sur les mêmes terres que « III » ; plus puriste, plus respectueux des traditions, utilisant moins le langage moderne, il fait le job mais se montre moins effronté, moins « jeune » que ses aînés. Dommage. Mais bien joué quand même !

Paroles de l’album

Site officiel

Related Posts

  • 10000
    Le jazz fait partie des rares genres musicaux qui n'ont d'habitude pas du tout mes faveurs. Mais, le temps aidant, quelques petits malins ont su glisser dans mes esgourdes des notes bleues. Il faut dire aussi que depuis une dizaine d'années, le jazz s'affranchit de ses limites, fricotant avec l'électro,…
  • 10000
    Ben Lukas Boysen, c'est un nom qui me disait quelque chose. Ah mais bien sûr ! C'est le berlinois derrière Hecq, dont j'ai évoqué le «Mare Nostrum » dans ces pages il y a quelques temps. « Spells » est son deuxième album en son nom, et n'a absolument rien à voir avec le…
  • 10000
    Artiste rare, discret et pourtant assez prolixe, Michal Jacaszek avance à pas feutrés, avec l'obsession de mélanger ambiant, electronica et musique classique. D'autres l'ont déjà fait et le font encore, mais Jacaszek n'en a cure ; pointilleux et persévérant, il persiste et signe. Et signe d'ailleurs avec le label Ghostly International…
  • 10000
    Cette chronique est issue d'une histoire compliquée ; je crois d'abord voir en « Living fields » le nouvel album de Portico Quartet. Et puis, je me souviens que, justement, le groupe londonien avait un nom composé. Et, détail qui a son importance, dans mon souvenir pas très lointain, le groupe pratiquait un…
  • 10000
    L'occasion de découvrir une nouvelle formation de dark jazz ne se présente pas tous les jours. Pour tout dire, à part Bohren & der Club Of Gore et The Kilimandjaro Darkjazz Ensemble, je ne connais aucun autre prétendant au trône d'hériter d'Angelo Badalamenti. Pour ceux qui ne seraient pas au…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *