BAD OMENS : Finding god before god finds me

Bad Omens est un (autre) combo metalcore américain. J’avais vu passer son nom ici et là, mais ne m’y étais pas intéressé outre mesure. Ni à son premier album qui apparemment avait été très remarqué. Aujourd’hui, j’ai l’opportunité de me rattrapper. Oh, j’aurai pu me contenter de contourner ce disque, ce que d’ailleurs je fais souvent pour des galettes metalcore, qui ont une sale tendance à se ressembler. Mais j’ai lancé « Kingdoms of cards », et ça m’a rendu curieux. En fait, ce titre est tout ce que je n’attends pas d’un titre metalcore ; aéré, pop, limite prog, et pas du tout metal. Je ne peux pas dire que je suis conquis, mais étonné. « Running in circles » est beaucoup plus classique mais finalement très pop aussi. Ce qui m’étonne le plus, c’est que le groupe soit en tournée avec Born Of Osiris ; j’ai du mal à voir ce qui peut lier les deux formations, ou leur public. Et puis, assez subtilement, le disque change de couleur sur les titres suivants, se faisant souvent beaucoup plus heavy. On a même parfois du mal à concevoir qu’il s’agit bien du même Bad Omens. Alors, quelle est l’option la plus convaincante ? Eh bien, quelque part entre les deux ! Des titres comme « Mercy » sont ce qu’on peut espérer de mieux : de l’émotion, de la puissance et de la violence au sein d’un mélange parfait entre pop et metalcore. Là, je comprends l’enthousiasme des fans. Bon, un tel exploit n’est pas très répandu ; l’ensemble de l’album ne lui arrive pas à la cheville, présentant un dosage penchant trop d’un côté ou de l’autre. Mais malgré tout, « Finding god before god finds me » reste une écoute instructive et agréable, surtout car elle laisse entrevoir un joli potentiel, pas toujours très bien exploité, mais qui pourrait l’être !

Facebook

Instagram

Paroles de l’album

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *