AZZIARD : Metempsycose

La guerre est un sujet fréquent dans le metal, et particulièrement le black metal. Bien sûr, Azziard s’en sert pour explorer d’autres thèmes, plus profonds, ne se cantonne pas à une exploitation au premier degré comme pas mal de ses collègues blackeux. Azziard a bien un point commun avec les autres membres de son gang secret ; celui d’explorer la plus profonde noirceur humaine, pour l’exposer au grand jour. Le fait qu’il ait choisi de le faire en se basant ici sur le livre rouge de Karl Gustav Jung n’est, finalement, qu’un détail. Qui a son importance pour ceux qui se donneront la peine de consulter les paroles de ce troisième album, en français comme les autres, mais pas pour tous ses auditeurs (loin de là serait-on tenté de dire). Venons-en donc au coeur de l’affaire : la musique. Azziard développe ici un style à la rencontre du black et du death (ce qui n’a rien de renversant, soit) mais y insuffle une puissance implacable, des ambiances malsaines, une misanthropie palpable, une folie complètement maîtrisée… une maestria de tous les instants qui éclipsent tous les doutes nés des énièmes mouvements de personnel, du changement de label, du changement d’orientation. Qu’on se le dise, « Metempsycose » n’a absolument rien à envier aux énormes noms du genre ; il est largement du niveau d’un Behemoth, Belphegor ou Enthroned, pour rester près de chez nous. Et comme il est sorti en décembre, je vous le dis, il peut s’inscrire comme l’une des plus grandes réussites 2017 dans le genre. Voici une preuve magistrale du savoir-faire des franciliens. Impressionnant !

Site officiel

Related Posts

  • 10000
    Behemoth et son leader sont depuis quelques années déjà une arme de destruction massive doublée d'une formation à l'intelligence redoutable. Une aura qui ne saurait qu'être amplifiée par l'épreuve dont Nergal est sorti victorieux il y a quelques mois. Et c'est encore sans compter sur la qualité de ce dixième…
  • 10000
    Les polonais de Behemoth reviennent tous les deux ans un nouvel album destructeur sous le bras. C'est un fait que l'on a intégré, tout autant que le ras-le-bol du début de semaine de boulot, ou l'augmentation du prix de l'essence ; ça fait partie du paysage. Voici donc le neuvième…
  • 10000
    De plus en plus death, Behemoth poursuit son chemin jonché de cadavres avec un "The Apostasy" plus violent encore que ne pouvait l'être "Demigod", et encore une fois un peu plus brutal death. C'est donc un Behemoth plus cru qui est à l'oeuvre ici. Du moins jusqu'à "Inner Sanctum", titre…
  • 10000
    Amis poètes, si vous aviez été conquis par le précédent méfait de nos polonais préférés, « Zos Kia Cultus », sachez que sur ce « Demigod », Nergal et les siens placent la barre encore plus haut, et nous offrent un album en tous points exemplaire. Un death avec une touche black fluide et…
  • 10000
    Hate est bien moins médiatisé qu’un Vader ou un Behemoth. Mais il continue avec intégrité et passion à proposer un death black metal racé, puissant et riche depuis presque trente ans (ouais, 27, mais on va pas chipoter, si ?). Et ce « Tremendum », dixième album des furieux de Varsovie, ne…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *