AZZIARD : Exégèse

Sorti fin 2017, « Metempsychose » s’est avéré être une des plus grandes réussites de l’année rayon black metal qui réfléchit et ne s’en cache pas. Oui, je préfère préciser, car nombreux sont ceux à ne pas s’autoriser une pensée autre que celle dictée par le dogme. Et que celui-ci soit obscur ou pas ne change rien ; quand on rejette en masse une certaine forme d’ordre et de pensée, ça ne devrait pas être pour mieux se conformer, se plier à une autre, mais pour n’appliquer aucune règle ; « Do what thou wilt shall be the whole of the Law » n’est-ce pas ? Alors certes, Azziard tire lui-même bien des ficelles du genre pour faire se mouvoir son hideuse créature. Mais pas plus qu’il n’en faut, et toujours avec malice et science. Est-ce que « Exégèse » fait machine arrière ? Oh que non. Je le trouve encore meilleur que le précédent. Les parties black sont certes un peu moins virulentes et chaotiques, mais plus froides à mon sens. La voix rauque (mais pas black) se fait de plus en plus présente et induit des parties plus mélodiques mais pas moins intenses. Les huit titres de ce deuxième opus de la trilogie (et quatrième album d’Azziard) continuent d’explorer l’âme humaine au travers de l’étude du livre rouge de Jung, du côté sombre, mais sans aveuglement d’aucune sorte. Le groupe emprunte volontiers des riffs dépressifs, de multiples changements de rythmes, et multiplie les ambiances et les idées au travers de ses titres toujours très riches. Bien sûr, ceci a une incidence sur la lisibilité de l’ensemble ; j’ai d’ailleurs plus tendance à considérer « Exégèse » comme un tout, une masse compacte compartimentée, plutôt qu’une collection de titres. Ce qui ne m’empêche pas d’en apprécier chaque parcelle. Grand disque.

Facebook

Instagram

Related Posts

  • 10000
    La guerre est un sujet fréquent dans le metal, et particulièrement le black metal. Bien sûr, Azziard s’en sert pour explorer d’autres thèmes, plus profonds, ne se cantonne pas à une exploitation au premier degré comme pas mal de ses collègues blackeux. Azziard a bien un point commun avec les…
  • 10000
    Avec le black metal québécois, on sait souvent à quoi s’attendre ; une musique glacée et haineuse à souhait, avec une production rugueuse et froide, une certaine importance accordée aux ambiances, un mysticisme chevillé au corps, et des textes francophones. Une identité forte qui se traduit également par une démarcation sémantique :…
  • 10000
    Jamais entendu parler des allemands de Krater avant. Il faut dire qu'en terre black metal, mes yeux sont plutôt tournés vers la scandinavie. Question d'habitude. Pourtant, cette riante contrée nous a déjà apporté de petites perles comme Negator ou Helrunar, et d'autres bons petits soldats aux capacités plus restreintes mais…
  • 10000
    Il y a des soirs où tout ce qui peut faire mon bonheur c'est ça : un groupe inconnu avec un nom à coucher dehors, qui pratique un black metal cru et haineux, à l'ancienne. Enfin, à la mode de la deuxième vague, mais on s'est compris, quoi. Du son…
  • 10000
    Deuxième album pour les Finlandais, qui avaient franchement impressionné leur monde en 2008 en signant une première œuvre à la fois complètement influencée et totalement personnelle, entre black old school froid et black dépressif. A l'écoute de "Apocalypse", premier titre de cette nouvelle offrande, on se dit que le groupe…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *