AUSTRASIAN GOAT (THE) : Eponyme

austrasian goat 1

Une fois de temps en temps, un disque atterrit dans mon lecteur, sans que je sache d’où il vient, ce que c’est et pourquoi il est là. J’applique alors une technique que j’ai appris de vieux sages, qui l’avaient appris d’autres avant eux ; j’envoie le bousin. Et là, dès le début de la galette, c’est une chape de plomb qui s’abat sur moi et m’écrase, une chaleur infernale qui m’étouffe, une noirceur abyssale qui me fait perdre pied et m’installe inexorablement dans un état d’hébétude maussade. Petit à petit, tous mes rêves et mes espoirs sont annihilés et je me retrouve là, à marcher parmi des milliers d’autres dans le même état que moi, horde sans visage et sans but autre que cet horizon où le rouge se fond dans le gris cendre, le bout du chemin, la fin ultime. Le groupe pourrait être décrit comme un Blut Aus Nord qui aurait fusionné avec un groupe de dark industriel et un autre de funeral doom. L’album est lent, sourd, désespéré et ne souffre aucun défaut. Tout au plus pourrait-on lui reprocher sa durée trop courte, mais celle-ci est suffisante pour apprécier n’importe quand le disque dans son intégralité, et pas assez importante pour s’en fatiguer. Fans de doom, voici une nouvelle perle noire pour vous. Un très grand est né.

Site officiel

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *