ATAKHAMA : Existence Indifferent

atakhama existence

Ce n’est un secret pour personne, les suiveurs, tous genres musicaux confondus, sont plus nombreux que les leaders. Et Atakhama en est, indéniablement. Un bon, certes, mais un suiveur quand même. Ce groupe finlandais pourrait être présenté comme un bon compromis entre Behemoth, Setherial et Morbid Angel. Bon, bien sûr, c’est pour vous situer la chose, tout le monde ne peut pas pondre un « Demigod », un « Hell Eternal » ou un « Gateways To Annihilation » aussi facilement, mais la matière première est là, ce qui est déjà pas mal pour un premier album, convenez-en…Le reste de l’histoire est entre vos mains, mais il y a fort à parier que ce pamphlet ne restera pas lettre morte…

Site officiel

 

Related Posts

  • 10000
    Behemoth et son leader sont depuis quelques années déjà une arme de destruction massive doublée d'une formation à l'intelligence redoutable. Une aura qui ne saurait qu'être amplifiée par l'épreuve dont Nergal est sorti victorieux il y a quelques mois. Et c'est encore sans compter sur la qualité de ce dixième…
  • 10000
    Les polonais de Behemoth reviennent tous les deux ans un nouvel album destructeur sous le bras. C'est un fait que l'on a intégré, tout autant que le ras-le-bol du début de semaine de boulot, ou l'augmentation du prix de l'essence ; ça fait partie du paysage. Voici donc le neuvième…
  • 10000
    De plus en plus death, Behemoth poursuit son chemin jonché de cadavres avec un "The Apostasy" plus violent encore que ne pouvait l'être "Demigod", et encore une fois un peu plus brutal death. C'est donc un Behemoth plus cru qui est à l'oeuvre ici. Du moins jusqu'à "Inner Sanctum", titre…
  • 10000
    Amis poètes, si vous aviez été conquis par le précédent méfait de nos polonais préférés, « Zos Kia Cultus », sachez que sur ce « Demigod », Nergal et les siens placent la barre encore plus haut, et nous offrent un album en tous points exemplaire. Un death avec une touche black fluide et…
  • 10000
    Revoilà nos poètes préférés, après un “Hell Eternal” tonitruant dont les lacérations tatouent encore nos tympans. Et dès le premier titre, c’est une évidence : Setherial n’a pas encore craqué pour la musique lounge. Une baisse perceptible du tempo, certes, mais une véhémence toujours omniprésente qui ne nous laisse souffler…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *