ARIANA VAFADARI : Anahita

Pourquoi tu es là, à me lire, toi derrière ton écran ? Parce que tu n’as rien de mieux à faire ? Non, je ne peux y croire. Tu es là pour te mettre sous le tympan des nouveautés, et éventuellement des choses inattendues. Si c’est pour cette dernière raison, alors ne bouge pas. Tu le sais, je suis un curieux, un fureteur, j’aime mettre mon gros nez là où il n’a rien à faire, dénichant des albums passées largement sous les radars mais qui valent le détour. Bon. Avant que vous vous demandiez où j’ai été chercher celui-ci, je vous arrête. Je vais remercier Xavier, qui m’a gentiment envoyé cet album de la chanteuse franco-iranienne, à côté duquel je serais certainement passé sans me retourner en découvrant sa description. A vrai dire, d’ailleurs, à la découverte du premier titre, j’ai eu un petit mouvement de recul. « Anahita » présente en effet un mariage audacieux entre néo classique, chant lyrique (madame est mezzo-soprano) et influences orientales bien présentes. Il y a un côté très narratif, très cinématographique ici ; il faut dire que c’est un concept-album s’inspirant de l’histoire d’une déesse iranienne multitâche, puisqu’elle gouverne les eaux, la fécondité, les peuples et les vivants. Un personnage central qui se voit confronté à une jeune femme désemparée, qu’elle essaiera de guider jusqu’au bonheur… qui ne se trouvera peut-être pas là où on le pensait au départ. Cette saga est déclinée en dix titres où se succèdent les chants en persan et en français. L’oeuvre a été déclinée en live avec la participation de Fanny Ardant en récitante, mais même sans cette partie, le voyage est total et on peut sans mal s’imprégner de l’ambiance et de l’histoire. Ce qui fait la force de ce disque, c’est son équilibre : ni les élements world ni ceux néo classiques ne sont trop prégnants, et ça et là, on trouve même un peu de jazz qui vient apporter d’autres teintes. Alors bien sûr, si vous n’accrochez pas aux parties vocales, c’est mort. Mai si ça ne vous fait pas peur, préparez-vous à pénétrer dans un univers vraiment enchanteur et fantastique, unique et très personnel.

Instagram

Facebook

Related Posts

  • 10000
    Recevoir des disques, susciter suffisemment de confiance ou de sympathie pour qu'on lui fasse ce cadeau, c'est un peu le saint graal pour un chroniqueur musical. Enfin, au moins pour moi, je ne sais pas ce qu'en penseront les autres. Mais il y a encore mieux que ça ; c'est…
  • 10000
    Vous le savez, le bizarre ne m’effraie pas, bien au contraire ; il a même tendance à exciter mes neurones. Je ne connaissais pas Ak’Chamel, The Giver Of Illness avant d’avoir découvert un peu par hasard « The totemist ». Cette formation est aussi mystérieuse que sa musique. Vous voulez une aide de…
    Tags: on, ne, bien, music, partie, cette, titre, world, aux, a
  • 10000
    Quand elle est née, Nuphar (oui, il fallait que je la fasse) ne se prédestinait pas forcément au jazz. En fait, la musicienne d'origine israélienne aux doigts de Fey (j'vous promets que j'en ai plus après des foireuses comme ça) s'est d'abord intéressé au classique, et même à la world…
    Tags: jazz, me, ne, classique, music, world, se, c'est, qu'elle, femme
  • 10000
    Les frangines Chant, Holly et Coco, ont pas mal voyagé dans leurs jeunes années, découvrant probablement ça et là la musique qui faisait vibrer la population locale, s'en nourrissant pour bâtir leur propre style. Un parcours unique qui les a forcément poussées à fonder leur propre groupe, qui nous gratifie…
    Tags: a, mal, disque, music, world, voyage, cette, entre, d'une, découvrant
  • 10000
    Groupe apatride basé en France, formé d'une américaine, d'un iranien et d'un algérien, Ekova produit une world music ouverte et créative, brassant les sons et les cultures. Un mélange susceptible de plaire à un large public qui sort un peu le genre du pré fermé des connaisseurs. Le groupe fera…
    Tags: music, world, d'une, se, bien, album, univers, premier, parties, d'ailleurs

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *