AK’CHAMEL, THE GIVER OF ILLNESS : The totemist

Vous le savez, le bizarre ne m’effraie pas, bien au contraire ; il a même tendance à exciter mes neurones. Je ne connaissais pas Ak’Chamel, The Giver Of Illness avant d’avoir découvert un peu par hasard « The totemist ». Cette formation est aussi mystérieuse que sa musique. Vous voulez une aide de sa part pour situer sa musique ? « Shadow music » selon eux. Une indication géographique ? « The tumor in your brain » qu’ils disent. Avec ça, et le fait que la majeur partie de leur discographie est sortie en format cassette, on est servis. Et ces fausses pistes ! A l’écoute de « Firedriver », je pensais être en présence d’une autre formation extraterrestre à la Sorcerers, pratiquant un jazz mâtiné de world music, dans une ambiance embrumée et décadente (qu’on pourrait à la limite qualifier de psychédélique, même si je trouve que ce qualificatif ne colle pas vraiment ici). Que nenni, ATGOI (la flemme, comme dirait mon fils) est beaucoup plus complexe et torturé que ça. Si on peut déceler sans mal un feeling jazz, ce sont les éléments folk / world qui ressortent le plus. Et à ce niveau, le groupe ratisse large, puisque quasiment tous les continents sont concernés, pour peu que leur contribution permettent d’épaissir le mystère et de faire grandir l’aura ensorcelée de chaque titre. Car c’est bien de cela qu’il s’agit ; sorcellerie, vaudou, invocations, appelez ça comme vous voulez, mais la musique de « The totemist » nous amène aux confins de la réalité, au-delà du possible, ou du moins du concevable. Bien sûr, d’un titre à l’autre, on retrouve quelques tics communs, une tendance à la répétition et aux vocaux psalmodiés qui amplifie le côté musique ritualiste du tout. Mais ça fait partie du charme de cette musique sans âge et sans couleur, si ce n’est celle de la terre ocre, primordiale sur laquelle on se croirait revenus et des ombres noires qui traversent l’angle mort de notre champ de vision, jouant avec notre santé mentale. Sacrée découverte !

Facebook

Related Posts

  • 10000
    The Sorcerers ne devrait pas exister. Lorsqu’il se forme, le groupe signe un CDD ; un 45 tours et puis s’en va. Sauf que, de l’envie de rendre hommage autant au jazz éthiopien qu’à la soul, le funk et des formes plus cinématographiques, est né un monstre que ses membres n’ont…
  • 10000
    « Je n'aime pas le jazz, mais ça j'aime bien », tel pourrait être le titre de cette chronique. Ami lecteur, tu te doutes bien que si j'ai jeté mon dévolu sur cet obscure formation de Leeds, c'est qu'elle possède quelque chose que n'ont pas les autres. Et tu n'as pas tort.…
  • 10000
    Le problème quand tu claironnes à tout va que tu n’aimes pas le jazz, c’est que quand tous les 3 mois tu en publies une critique élogieuse sur ton blog, ben tu passes un peu pour un con. Bah, je m’en fous en fait. Mais si je voulais me la…
  • 10000
    Troisième album pour les belges de Black Flower. Le groupe propose un jazz hybride, flirtant avec le trip hop, avec les sons ethniques, un peu à la manière de The Sorcerers déjà présentés ici. Et si je suis globalement assez allergique au jazz, là c’est une musique qui me parle…
  • 10000
    Il faut que je vous dise. Je ne suis pas très funky, comme garçon. J'ai grandi pendant la grande époque du genre, et ça me saoulait déjà à l'époque. Mais voilà. En vieillissant, il semblerait que, quand je n'écoute pas de post black malsain, je m'adoucisse. J'ai des preuves, et…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *