ADRIAN CROWLEY : Dark eyed messenger

En 2015, je découvrais ce crooner neo-gothique américain et succombai assez facilement à son charme vénéneux. C’est le même magnétisme qui m’accueille sur une « The wish » renversante. « Halfway to andalucia » et « Silver beach tree » se montrent plus légers mais toujours aussi gothiques ; c’est là la marque de fabrique du bonhomme, et il n’est pas toujours facile de le suivre sur ce chemin et d’être à l’aise avec cette voie médiane entre lumière vacillante et pénombre. « Little breath » est un peu plus évident, mais fait pâle figure face à l’excellente gothicana « Valley of tears » qui aurait pu être interprétée par feu Johnny Cash. « The photographs » paraît également assez inoffensif après ça. « Unhappy seamstress » verse plus du côté Cohen. « Catherine in the dunes » est de ces titres mi-figue mi-raisin qui encombrent plus qu’ils n’enthousiasment. Ce qui n’est pas le cas d’une « Lullaby to a lost astronaut », sublime ballade mélancolique au piano. Ni de « And so goes the night », subtile rencontre d’un Dead Can Dance et d’un Cohen dernière période. Enfin, « Still this desire » clôt l’album sur une note un peu plus lumineuse, sans pour autant qu’on s’autorise à parler de gaieté ou de légèreté ; les onze titres de cette nouvelle offrande semblent porteurs d’une atmosphère de recueillement, de renoncement feutré, terriblement distingué. C’est cette affection de dandy qui fait vraiment l’unicité d’Adrian Crowley, et qui propulse « Dark eyed messenger » dans le trio de tête des meilleures drogues de substitution pour ceux qui ne se sont pas encore remis du décès de Leo… et de tous ceux qui aiment leur folk crayeuse, tragique et létale.

Site officiel

Adrian Crawley : The wish

Related Posts

  • 10000
    Adrian Crowley, songwriter irlandais folk rock à la voix sépulcrale, vous n'en entendrez pas forcément parler ailleurs. Et d'ailleurs, je ne vais pas me la jouer non plus, parce que si madame Pias ne m'avait pas envoyé ce disque, qui est quand même le septième, je serai moi aussi passé…
  • 10000
    Leonard n'a jamais été un modèle de joie de vivre. Il a beau avoir chanté l'amour et autres joyeusetés, il a toujours traîné un spleen, une noirceur très particulière car chargée d'espoir. Moi, j'aime la noirceur, ce n'est un secret pour personne. Alors une invitation aussi claire que « You want…
  • 10000
    Troisième album pour l’israélien Oren Lavie, qui risque, grâce au premier single de cet album, de ne plus rester longtemps un inconnu sur nos terres. En effet, « Did you really say no » se paie le luxe d’embaucher Vanessa Paradis comme guest de rêve. Pas que je sois spécialement fan de…
  • 10000
    Qu'il est douloureux de se tromper. " Songs From A Room ", la précédente rondelle de monsieur Léonard, m'avait rassuré sur son état de santé musicale, et laissé entrevoir une retraite douce, paisible et assez agréable aux oreilles de ses admirateurs perpétuels ou occasionnels. Hélas, trois fois hélas, ce "…
  • 10000
    Leo n'est plus un jeune premier. A 77 ans, il a plus de vie derrière que devant lui, et il le sait bien. Pas étonnant alors que ce nouvel et 13e album du canadien reflète les réflexions et préoccupations du vieil homme qu'il est devenu. Posé et philosophe sinon mystique,…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *